Tous les articles par Laurent

La saisonnalité en bourse

« Sell in may and go away « ! Vous avez certainement déjà entendu cette expression qui évoque le phénomène de saisonnalité en bourse. Qu’en est-il vraiment ? Faut-il appliquer à la lettre cet adage quelle que soit votre stratégie ?

C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Bonne lecture !

 

La saisonnalité en bourse mise en évidence sur plus de 300 ans :

À la fin de 2012, Ben Jacobsen et Cherry Y. Zhang de l’Université Massey (Nouvelle-Zélande) ont publié une étude très intéressante : Are Monthly Seasonal Real?

L’objectif : mieux comprendre le phénomène de la saisonnalité en bourse et vérifier sa pérennité au fil des siècles. Vous  la trouverez ici.

D’ autres études plus anciennes évoquent ce phénomène mais celle-là a la particularité d’utiliser un lot de données assez impressionnant.

Les deux chercheurs à l’université de Massey (Nouvelle Zélande) ont mis en évidence dans cette étude une vraie anomalie de marché en compilant plus de 300 ans de données (depuis 1693) dans 108 pays !

Concernant la tendance de certains mois à dégager plus ou moins de performance :

L’effet « janvier » (surperformance du mois de janvier en bourse) présent de nos jours n’existait pas sur les 150 premières années des tests, alors remplacé par l’effet « décembre », mais cela s’ est inversé après 1850 jusqu’à aujourd’hui. 

Septembre, Octobre et Juillet sont souvent des mois à performance négative et sont très souvent moins performants que les autres mois de l’année, mais pas de manière systématique.

– Le mois d’avril a tendance a surperformer depuis 1940, ce qui n’était pas le cas auparavant.

Il n’y a donc  pas de mois systématiquement plus ou moins performant sur toute la durée testée. La période testée est très longue et a été ponctuée par de très nombreuses évolutions sociales et économiques. Ces évolutions ont très certainement eu des répercutions sur la saisonnalité boursière à l’échelle mensuelle, mais si l’on considère des périodes plus longues (6 mois), une vraie tendance se dégage :

Les marchés sont plus généreux à partir d’Halloween

Sur les 300 années testées, c’est une évidence. La période Novembre-Avril surperforme la période Mai-Octobre de manière systématique. La performance indicielle est donc réellement concentrée de manière très nette sur la période Novembre-Avril, depuis très longtemps. Ainsi, une stratégie « Sell in May » bat le marché 9 fois sur 10 sur un horizon de placement de 10 ans. 

L’écart de performance entre l’été et l’hiver est non seulement aussi ancien que les données traitées mais il a aussi été observé dans le monde entier. Il s’est même accentué au cours des dernières décennies. 

Quelques graphes pour illustrer tout cela :

Ci-dessous l’écart de rendement entre les périodes estivales et hivernales par décennies.

Mise en évidence de la saisonnalité en bourse
Source : Ben Jacobsen et Cherry Y. Zhang.  Are Monthly Seasonal Real?

Ci-dessous on voit que l’écart de performance entre été et hiver a tendance à se creuser en faveur de la période hivernale.

mise en évidence de l'accentuation de l'effet saison en bourse
Source : Ben Jacobsen et Cherry Y. Zhang. Are Monthly Seasonal Real?

Fig 7 : Comparaison de 2 portefeuilles : Le premier est investi seulement en période hivernale (Halloween) et l’autre en mode Buy and Hold.

Saisonnalité en bourse : comparatif de 2 portefeuilles.
Source : Ben Jacobsen et Cherry Y. Zhang.  Are Monthly Seasonal Real?

Pourquoi ces écarts ?

On le sait, l’anticipation et les prévisions font partie des informations largement divulguées au quotidien dans le monde de la bourse. Difficile d’y échapper, même si l’on connaît les conséquences de l ‘anticipation pour l’investisseur…

Les cours montent parce qu’il y a de l’optimisme dans l’air, plutôt en fin d’année (l’exercice suivant est anticipé) et en début d’année.

On sait que les analystes financiers sont plutôt optimistes en fin d’année et pour le début de l’année suivante, mais les chiffres du mois de mai (publications du premier semestre) rappellent les investisseurs à la réalité avec très souvent des révisions à la baisse des prévisions.

L’écart entre l’anticipation et la réalité remet donc les pendules à l’heure à partir du mois de mai jusqu’à Halloween !

La saison hivernale est donc propice aux anticipations et à l’optimisme alors que l’été est synonyme d’un retour à la réalité et d’un réajustement.

 

La saisonnalité en bourse doit-elle être systématiquement prise en compte dans toutes les stratégies d’investissement ?

En fait, tout dépend de la stratégie utilisée!

A titre de contre exemple, j’ai fait le test afin de mesurer l’impact de la saisonnalité sur la performance de la stratégie Mensuelle affichée sur ce blog. Voici les résultats :

Tout d’abord voilà la moyenne des performances mensuelles de la stratégie sur les 24 dernières années. On peut voir une performance moindre au cours des mois d’été, même si ça n’est pas flagrant, mais surtout une surperformance au cours du trimestre décembre-janvier-février. En apparence donc, on pourrait penser que prendre en compte la saisonnalité pourrait être bénéfique!

Performance moyenne mensuelle de la stratégie PEA-rentier sur 24 ans
Moyenne des performances mensuelles de la stratégie PEA-rentier sur 24 ans

Afin de mesurer l’incidence sur le long terme, voilà un comparatif de deux portefeuilles utilisant la stratégie du blog pour le premier, et la stratégie du blog amputée des mois d’été pour le second.

Cidessous la courbe des gains en investissant toute l’année, c’est le graphe du blog :

Evolution du portefeuille PEA-Rentier
Portefeuille du blog : Investissement toute l’année

La courbe des gains en mode investissement « sell in may » :

Evolution du portefeuille PEA-rentier en mode "sell in may"
Portefeuille du blog : Investissement « sell in may »

Que voit-on ?

Au niveau du rendement, il n’y a pas photo, la stratégie est beaucoup moins efficace en vendant en Mai et en restant cash jusqu’en Novembre, comme quoi les apparences peuvent être trompeuses.

La volatilité est par contre légèrement moindre. Il est vrai que les mois les plus volatiles de la stratégie du blog se situent souvent durant l’été, on le voit facilement sur la page détaillant les performances mensuelles.

Le pourcentage de mois positifs est également supérieur en mode « sell in may », ce qui est bon pour le moral de l’investisseur, mais une fois de plus on a la démonstration que taux de réussite élevé n’est pas synonyme de performance élevée.

Il faut donc agir au cas par cas, et tester, sans généraliser. De la même manière, on pourrait penser qu’adopter une stratégie « sell in may » quand on est day trader n’a pas trop de sens puisque l’incidence de cette anomalie de marché n’entre en jeu que pour des positions détenues très longtemps…Mais la volatilité souvent liée au manque de volume en Juillet- Août fait qu’il est parfois plus sage de s’abstenir de trader durant ces périodes.

 

Conclusion :

Cette étude, en plus de nous montrer que 95 % de la performance indicielle se fait de manière historique sur la période Novembre-Avril confirme qu’une anomalie de marché peut se développer et durer plusieurs décennies voire plusieurs siècles. Il existe de nombreuses anomalies de marché à exploiter, mais il ne suffit pas de les connaître pour être capable d’en profiter!. 

L’année 2020 a démarré de manière très atypique, échappera-t’elle à la règle de la saisonnalité boursière ?

N’hésitez pas à partager cet article !

Vous voulez tester la stratégie Mensuelle ? Inscrivez-vous !

A bientôt

Laurent

 

 

 

Améliorez votre ratio gains pertes!

Vous avez souvent entendu parler du taux de réussite de certains traders (50 % de positions gagnantes, 80 % de positions gagnantes !….) mais certainement beaucoup moins du ratio gain pertes. Pourtant c’est un paramètre essentiel : Si vous améliorez votre ratio gains pertes, votre portefeuille se portera beaucoup mieux sur le long terme. La bourse c’est donc aussi une affaire de statistiques ! Nous allons essayer de voir tout cela de manière assez pragmatique dans cet article.

Bonne lecture !

 

Le taux de réussite

Le taux de réussite est une valeur statistique. Si vous jetez un dé, vous avez 1 chance sur 2 d’obtenir un chiffre supérieur à 3, 1 chance sur 6 d’obtenir un 6 ou un 3…etc.

Si vous jetez le dé un grand nombre de fois, vous devriez normalement obtenir autant de fois chacun des chiffres… et autant de fois les chiffres supérieurs à 3 que les chiffres inférieurs à 3. Donc si vous misez une somme d’argent en pariant sur le fait que vous allez obtenir un chiffre supérieur à 3, vous avez statistiquement 50 % de chance de gagner.

En bourse, votre taux de réussite révèle votre pourcentage de trades gagnants. Si vous prenez un grand nombre de positions au hasard vous aurez en moyenne une chance sur 2 de voir vos trades partir dans la bonne direction.

Le taux de réussite moyen des investisseurs en bourse se situe aux alentours de 50 à 60 %. Pourtant, vous le savez, 50 à 60 % des investisseurs ne gagnent pas de l’argent en bourse, puisque 80 % environ sont perdants.

Alors pourquoi avoir un taux de réussite correct n’est pas synonyme de gains systématiques ?

Un bon taux de réussite ne suffit pas à faire progresser un portefeuille boursier parce que tout dépend de ce que l’on gagne quand on gagne et de ce que l’on perd quand on perd ! Par exemple, si votre taux de réussite est de 80 % mais que vos 20 % de trades perdants représentent des pertes énormes, vous ne pourrez pas être rentables.

Un autre facteur important pèse dans la balance : le ratio gain pertes.

 

Le ratio gains pertes 

Le ratio gains pertes est tout simplement le rapport entre ce que vous gagnez et ce que vous perdez, calculé sur une série de positions. Si ce ratio est inférieur à 1, il vous sera difficile de vous en sortir, votre courbe d’évolution de portefeuille tendra vers le sud !

Inversement, si votre ratio gain pertes est très important, vous pourrez vous permettre de ne pas avoir un taux de réussite extraordinaire pour rester rentable.

L’idéal, nous allons le voir est d’arriver à équilibrer taux de réussite et ratio gain pertes à des niveaux corrects, sans forcément rechercher des valeurs extrêmes.

 

Améliorer son taux de réussite 

En bourse, il est possible d’améliorer son taux de réussite par exemple en suivant la tendance. Si une action est en tendance baissière long terme, et que vous souhaitez l’acheter, vous aurez beaucoup moins de chance de sortir gagnant à moyen terme qu’en choisissant d’acheter une action qui est en tendance haussière. Bien sûr, rien n’est impossible, si vous attendez plusieurs années, il est possible que l’action se retourne et reparte à la hausse. Je parle d’un horizon moyen terme. Donc attention à la tentation d’acheter des couteaux qui tombent !

Par conséquent, choisir l’action qui évolue dans la bonne direction en terme de tendance, en fonction de son horizon de placement bien sûr, permet d’augmenter son taux de réussite. Cela peut paraître évident, et pourtant…ça ne l’est pas toujours.

 

Améliorer son ratio gains pertes

Savez-vous pourquoi 80 % des gens qui investissent en bourse perdent de l’argent ? Tout simplement parce que leur ratio gains pertes est défavorable malgré un taux de réussite supérieur à 50 %. Cela signifie que malgré un bon taux de réussite, les pertes sont supérieures aux gains et rongent le portefeuille. Si votre taux de réussite est de 50 % mais que vous perdez en moyenne plus que ce que vous gagnez, votre portefeuille ne pourra pas progresser.

 

Comment améliorer son ratio gains pertes ?

En laissant courir ses gains et en coupant ses pertes tout simplement ! Facile à dire ! Et pourtant, qui n’a pas entendu une petite voix lui dire de couper ses positions gagnantes, en laissant par la même occasion s’échapper une grosse partie des gains potentiels. Inversement, qui n’a pas été tenté de laisser grossir ses pertes en se disant « ça remontera bien un jour » tout en voyant le drawdown se creuser de jour en jour…

Rassurez-vous, c’est humain mais…c’est destructeur pour votre portefeuille boursier, on en a déjà parlé, dans cet article par exemple.

Une fois de plus on en revient aux fondamentaux : le mental, toujours le mental et le respect de votre stratégie. Un travail sur ces deux aspects combinés devrait vous permettre d’améliorer votre ratio gains pertes et de vous en sortir sur le long terme.

A titre d’exemple, quels sont les taux de réussite et le ratio gains pertes de la stratégie mensuelle mise en œuvre sur ce blog?

Ils ne sont pas extraordinaires mais suffisants pour permettre au portefeuille d’être rentable sur le long terme. Environ 60 % de positions sont gagnantes et le ratio gains pertes est de l’ordre de 2. Les séries de pertes successives restent raisonnables. On n’est donc pas sur des chiffres pharaoniques et pourtant cela suffit à avoir une évolution à la hausse sur le long terme. La stratégie a pour objectif de miser sur des titres en tendance haussière long terme. Cela explique en partie le fait que les statistiques soient avec nous puisque les marchés sont plus souvent en tendance haussière que baissière. En résumé, acheter des titres en tendance haussière pour améliorer le taux de réussite et miser sur des grosses tendances long terme pour améliorer le ratio gains pertes.

 

Le nombre de gains ou pertes successifs 

Il y a un autre paramètre qui vient influencer la donne et jouer sur la performance finale de votre portefeuille : c’est le nombre de de gains ou pertes successifs. Pour un même ratio gains pertes, vous pouvez avoir une distribution différente des séries de trades gagnants ou perdants. Forcément, un portefeuille qui aura des séries de 5 pertes successives par exemple se portera mieux qu’un portefeuille qui cumule des séries de 20 pertes successives. Idem pour les gains. Cette répartition joue donc un rôle. Il est donc possible d’obtenir un rendement de portefeuille différent pour un même ratio gains pertes et un même taux de réussite.

 

Un outil pour vous familiariser avec ces notions 

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir gratuitement un outil fait maison en vous inscrivant sur le blog si ce n’est déjà fait. Vous pourrez faire vos propres simulations, et vous rendre compte de l’importance de tous ces paramètres. En les faisant varier  (% de réussite, niveau de gain, niveau de pertes…), vous pourrez mesurer quelle est leur incidence sur la courbe d’évolution d’un portefeuille (voir les deux exemples ci-dessous).

Au final, vous verrez qu’il vaut mieux avoir les statistiques avec soi que contre soi !

 

exemple d'un portefeuille présentant un ratio gain pertes supérieur à 1.
Exemple1 : portefeuille avec ratio gain pertes supérieur à 1
exemple d'un portefeuille présentant un ratio gains pertes inférieur à 1
Exemple2: portefeuille avec ratio gain pertes inférieur à 1

 

Conclusion 

Avoir un bon taux de réussite n’est pas suffisant pour s’en sortir sur le long terme en bourse. Le ratio gains pertes, bien que peu souvent évoqué est un paramètre essentiel à prendre en compte dans votre manière d’investir, c’est mathématique ! Il conditionne en grande partie votre réussite sur le long terme.

Si vous optez pour une stratégie de suivi de tendance et que vous avez la patience de la laisser se développer, vous améliorerez de fait à la fois votre taux de réussite mais surtout votre ratio gains pertes sur le long terme. Bien sûr, cela implique un bon suivi de votre stratégie d’investissement. Un suivi régulier mais pas excessif pour ne pas trop laisser de prise à vos émotions !

N’hésitez pas à partager cet article !

A bientôt.

Laurent

Vous voulez tester la stratégie Mensuelle ? Inscrivez-vous !

 

Devenir rentable en bourse

Depuis plus de 8 ans que je pratique l’investissement en bourse, je suis passé par différentes phases avant de devenir rentable en bourse. Mais finalement, pour en avoir discuté avec d’autres investisseurs, je me rends compte que mon parcours est tout sauf un cas isolé ! Beaucoup ont arrêté, j’ai préféré insister!

L’idée dans ce billet (un peu long …) n’est pas de vous raconter ma vie mais juste de mettre en évidence les étapes clés qui m’ont permis d’aboutir à plus de stabilité en matière d’investissements. Peut-être ce récit vous permettra t’il d’ éviter de commettre les erreurs que j’ai commises.

Bonne lecture.

 

La chance du débutant :

 

Premiers pas en bourse :

J’ai commencé à m’intéresser à la bourse et aux investissements en 2008, en plein dans la crise des subprimes, le chao total ! Je n’avais pas à l’époque de portefeuille en bourse, mais j’étais bien content de ne pas en avoir quand j’ai vu les pertes engendrées par les personnes de mon entourage! A l’époque, pour moi la bourse rimait avec casino (ça n’est plus du tout le cas aujourd’hui!).

Mais j’étais curieux et j’ai continué à m’y intéresser, d’un peu plus près….et quand le calme est revenu, je me suis lancé en 2012. Premiers placements, d’abord sur assurance vie, puis ouverture d’un PEA.

J’étais à l’écoute des « conseils » du premier venu. J’avais toujours entendu dire qu’il fallait diversifier afin de « lisser » le risque, donc j’avais pas moins de 20 lignes sur mon assurance vie, idem sur mon PEA ! Et cela malgré le petit capital investit. Je ne me rendais pas compte qu’en fait mes portefeuilles contenaient pleins de doublons voire triplons ! Plusieurs lignes d’obligations sur l’assurance vie, plusieurs actions du même secteur sur mon PEA…et pourtant…mon PEA a commencé à décoller tranquillement .

L’illusion des gains faciles :

Je me suis dit : C’est simple finalement la bourse ! J’achetais des actions comme on achète des légumes sur le marché, tout simplement, et pourtant les premiers mois ont été plutôt bons ! J’étais tout simplement sur la phase de la chance du débutant ! Je suis sûr que certains d’entre vous ont déjà vécu ou sont peut être en train de traverser cette phase. Je vous souhaite juste que cela dure!

Non content des premiers résultats qui n’étaient finalement pas mauvais du tout, j’ai décidé d’aller encore plus vite en investissant sur les small caps, des actions qui me fascinaient parce qu’elles variaient de façon fulgurante du jour au lendemain en me donnant l’illusion de gains faramineux !

 

Achats au feeling :

C’était le tout début de la « biotech mania »…le secteur des biotechs était en phase d’ascension fulgurante. Je prenais alors des positions de plus en plus audacieuses, sans analyse ni stratégie, juste parce que j’étais grisé par des variations impressionnantes de certains titres, à la hausse du jour au lendemain (+25, +40 % en un jour) . Mais malheureusement ces mêmes titres variaient aussi à la baisse, de temps en temps. Vu que je n’avais aucune stratégie et que je consultais mon compte 15 fois par jour, j’étais sous l’emprise totale de mes émotions : j’achetais le moindre démarrage et je revendais à la moindre petite baisse. Mais ces baisses étaient tout à fait normale car les actions que j’achetais étaient très volatiles. A partir de là, mon compte a commencé à fondre comme neige au soleil et tout ce que j’avais engrangé lors de ma phase « chance du débutant » était reparti en fumée lors de ma phase « achat au feeling »!

Warren Buffet : Gagner de l’argent en bourse n’est pas compliqué, le plus dur c’est de ne pas le reperdre !

Croyant juste à une mauvaise passe, je continuais à spéculer à l’instinct, sans aucune méthode, jusqu’à ce que je découvre les formations en bourse qui me promettaient de devenir rapidement rentable  en bourse. C’était clair pour moi, j’aurai forcément de bien meilleurs résultats en faisant des formations!

 

Les formations :

Formation sans modération

C’est alors que j’ai commencé mon « cycle » de formation sans modération ! Je ne citerai pas de nom, mais vous trouverez vraiment tout et n’importe quoi sur internet dans ce domaine. Il y a des gens sérieux, mais aussi des formateurs qui n’ont jamais gagné un euro en bourse et des traders qui ne sont pas formateurs. J’ai mordu, comme pas mal de gens. Forcément, quand on est dans une mauvaise passe, on cherche une solution miracle!

Avec du recul, je pense que me suis lancé trop tôt dans des formations et souvent à tort. Je ne dis pas qu’elles ne m’ont servi à rien. J’ai découvert l’analyse technique, le scalping, une multitude d’indicateurs…pas inintéressant. Mais un bon analyste technique ne fait pas forcément un bon trader, ou un investisseur rentable en bourse.

A ce sujet, vous trouverez d’ailleurs facilement plein de choses gratuites sur des sites comme par exemple https://www.abcbourse.com/apprendre/ . Il y en a plein d’autres.

Mais finalement, je me rends compte que ces formations m’ont permis de me rendre compte que je n’étais pas sur la bonne voie dans ma manière d’investir ! Donc pas de regrets.

A propos des formations, j’insiste sur le fait qu’ il faut faire très attention car vous trouverez dans le lot plein de formations qui vous promettent de gagner rapidement votre vie grâce à la bourse. En réalité, c’est beaucoup plus compliqué ! Vous vous rendrez compte qu’une fois que vous serez seul devant votre écran, votre naturel et vos émotions reprendront vite le dessus ! Et les résultats ne seront pas forcément au rendez-vous.

Vous seuls devez être maître de vos décisions

La clé de la réussite, elle est d’abord en vous. Si vous faites une formation qui ne vous correspond pas, sans accompagnement, vous n’obtiendrez aucun résultat. Cela revient à se former à un métier qui ne vous plait pas. Comment l’exercer durant des années?

Après chaque formation, dès que je me retrouvais seul devant l’écran…je me posais trop de questions…j’avais des indicateurs de partout au point que mon écran ressemblait à un écran de pilote d’avion !

Je n’avais pas de résultats réguliers parce que je ne savais pas encore quelle était la stratégie la mieux adaptée à ma personnalité.

Retour à la case départ…nouvelle formation …etc…formation au scalping, puis ouverture d’un compte CFD pour essayer le forex, investissements avec effets de levier…qui décuplent l’adrénaline !…quelques gains, mais beaucoup de stress ! jusqu’au jour où j’ai dit STOP !

 

Prise de recul et analyse des trades passés :

Un break salutaire

Trop de temps passé à gérer mes investissements, à me disperser pour peu de résultats, il fallait changer quelque chose.

Attention, je ne suis pas entrain de vous dire qu’il n’est pas possible de gagner de l’argent en faisant du daytrading ou du scalping ! C’est tout à fait faisable, mais ceux qui y arrivent sont peu nombreux…un peu comme peu d’ athlètes courent le 100m en moins de 10s !

Mais finalement, le fait que je sois focalisé sur mon PEA m’a permis d’avoir un déclic : Comment se fait-il que mon assurance vie progresse alors que je n’y touche pas ? Alors que mon PEA végète malgré le temps passé et mes 100 trades par an ?

Comme dans beaucoup de disciplines (sportives, business…), il faut persévérer pour avoir des résultats et ne pas s’arrêter dès la première déconvenue. J’ai alors décidé de faire un break, de me poser un peu pour me recentrer sur mes objectifs…

Prise de recul et analyse

Qu’est ce que je veux vraiment ? Passer du temps devant un ordi ? Pour gagner un jour, reperdre le lendemain ? « jouer à la bourse » ou « gagner en bourse » ?

J’ai alors repris tous mes trades de l’année précédente pour faire des stats (j’avais tout noté heureusement, vive le journal de trading!)…et me rendre compte que 80 % de mes trades perdants l’étaient parce que j’anticipais des retournements de tendance sur des situations baissières…alors que 90 % de mes trades pirs sur des titres en situation de hausse étaient gagnants ! Mais sur 100 trades par an, seulement 15 % l’étaient sur des titres haussiers. En gros 85 % de mes trades ne servaient à rien ou me faisaient perdre de l’argent bêtement, parce que je cherchais tout simplement à acheter au plus bas en espérant revendre au plus haut en anticipant tout retournement.

 

Pourquoi j’ai carrément changé mon fusil d’épaule et comment j’en suis arrivé à une méthode qui me correspond :

 

Une nouvelle approche

J’ai simplifié mon approche en me consacrant exclusivement sur des titres en tendance haussière. A partir de là, les premiers résultats sont apparus. Moins de prise de risque, les statistiques étaient avec moi, mon compte s’est remis à progresser ! Mais un problème demeurait : je passais trop de temps à rechercher les titres en question, qui étaient dans la bonne configuration. Tout ces efforts de recherche pour si peu d’ordres passés. Les 30 min par jour à effectuer ces recherches me paraissaient finalement trop et je ne me sentais pas capable de tenir cette routine pendant longtemps.

Une nouvelle unité de temps

J’ai alors commencer à me poser des questions sur l’unité de temps que j’utilisais…Est-elle vraiment adaptée à mon mode de fonctionnement ? Tous les soirs ces analyses…qui génèrent de l’impatience…et au final de la frustration…est-ce que c’est vraiment pour moi ? pourquoi ne pas passer à une grosse UT ? Toujours en travaillant sur des titres en situation de hausse ?

Je suis alors reparti sur des mois de recherche, d’analyse, à me cogner des études statistiques…à faire mes propres statistiques pour  finalement arriver à la méthode que j’applique aujourd’hui, basée sur le suivi de tendance en Mensuel.

 

La mise en place de ma stratégie Mensuelle :

Le concept : ne choisir que des actions qui sont en situation de tendance haussière sur une unité de temps Mensuelle !

Les mains dans le cambouis pendant 1 an

C’est parti, des formules, des stats, des tests sur 20-25 ans…j’affine…et 1 an plus tard…c’est bon, j’arrive à quelque chose qui dépasse mes espérances ! Devenir rentable en bourse, battre l’indice, voire dépasser 20 % de rendement annuel en investissant seulement une fois par mois…voire moins. C’était donc possible…avec des drawdown acceptables pour moi. Je rajoute des stop losses pour en mesurer l’effet, j’affine encore un peu, le système paraît stable.

Je refais à nouveau tout une batterie de tests en tordant le système dans tous les sens, pour voir si la stratégie est robuste et j’en arrive à la conclusion que oui. Le résultat obtenu me convient.

Vous trouverez plus de détails chiffrés ici pour ce qui est de la stratégie, et ici pour le suivi des résultats mensuels.

La mise en pratique depuis 2015

Biensûr, rien ne dit que les indices vont continuer à évoluer à la hausse indéfiniment même si c’est le cas depuis…150 ans au moins ! Personne ne sait ce qu’il va se passer ! Mais quand je vois le comportement du portefeuille test durant les phases de baisse des indices (2000 et 2008), ou les phases de range…cela me rassure et je décide donc de mettre en pratique la stratégie sur mon portefeuille PEA  en 2015!

Graphiquement, le portefeuille test se comporte comme cela depuis 1996 (échelle log)

 

Evolution du portefeuille test depuis 1996 (benchmark CAC40). Une stratégie de suivi de tendance mensuel peut permettre de devenir rentable en bourse.
Evolution du portefeuille test du blog (en orange portefeuille benchmark investit sur l’indice CAC40)

 

Pourquoi j’obtiens de meilleurs résultats et comment suis-je devenu rentable ?

Je pense que je suis devenu rentable en bourse non pas parce que la stratégie Mensuelle est une méthode miracle, vous le savez, la méthode miracle n’existe pas en bourse ! Rappelez-vous, j’en ai parlé dans un précédent article à titre d’exemple, la méthode des tortues…Vous et vous seuls devez décider de la méthode d’investissement que vous souhaitez pratiquer. Tenez compte de votre personnalité, de vos priorités ou objectifs. En 2 mots : Ecoutez-vous !

J’obtiens des résultats parce que la Stratégie Mensuelle me correspond à 100 % :

– je n’ai pas envie de passer du temps devant mon écran à gérer mes investissements

– j’ai fait une croix sur le coté « ludique » et la recherche des montées d’adrénaline liées à l’investissement court terme qui ne me rapportait rien…au contraire.

– je n’agis qu’une fois par mois…le reste du temps, je ne touche à rien !

– j’ai appris à être patient !

– le ratio rendement/risque obtenu me convient tout à fait au vu du temps passé

– la stratégie est simple à appliquer : c’est exactement ce qu’il me faut car en matière d’investissements, j’ai tendance à me disperser et à agir au feeling!

– le concept de la stratégie est simple à comprendre et facile à s’approprier.

Cela fait un peu plus de 5 ans que j’applique cette stratégie sur mon PEA et je compte bien continuer longtemps !

Si mon parcours fait écho avec des choses que vous vivez ou que vous avez vécu et si vous voulez tester la stratégie Mensuelle, n’hésitez pas, inscrivez-vous !

A bientôt

Laurent

Volatilité et investissement en bourse

J’espère tout d’abord que tout va bien pour vous et vos proches en ces temps difficiles. En ces périodes chahutées, lorsque l’on s’intéresse à la bourse, on pourrait être tenté d’expérimenter, de « boursicoter », de changer sa vision de l’investissement en bourse. La volatilité peut être tentante. On peut donc se laisser tenter par des espérances de gains sur le court terme. Ces gains sont-ils vraiment aussi faciles qu’ils en ont l’air ? Volatilité et investissement en bourse font-ils forcément bon ménage?

Les investisseurs adoptent différentes postures dans une situation de crise boursière. Nous allons dans cet article passer en revue les plus courantes.

Bonne lecture !

 

Etat des lieux :

J’ai trouvé il y a quelques jours sur les réseaux sociaux un sondage qui demandait aux membres du groupe de discussions dédié à l’investissement en bourse d’afficher leur performance depuis le début de l’année 2020. Ce groupe est composé d’investisseurs aguerris, de débutants et de quelques professionnels. Il représente je pense un panel large d’investisseurs en bourse. J’ai supprimé toutes les informations liées à l’identité des sondés (160 au total).

Répartition des performances en bourse d'un panel d'investisseur en pleine période de forte volatilité. Présentation par tranche depuis le mois de janvier 2020
Répartition des performances d’un panel d’investisseurs depuis janvier 2020

Quels enseignements en déduire?

On voit très clairement que le nombre de « gagnants » dans le lot est de 18 %, contre 82 % de « perdants ». Cela doit vous rappeler quelque chose. On retombe à peu près sur le ratio 80-20 des gagnants perdants en bourse toutes périodes confondues. Je dis bien à peu près car il doit y avoir quelques menteurs dans le lot !. Rien de choquant, donc.

Parmi les « perdants » une très grosse majorité a vu son portefeuille décrocher de plus de 30 %, c’est énorme. Biensûr, rien ne dit que ces investisseurs ne finiront pas l’année positif. Mais toujours est-il que le drawdown (baisse temporaire du portefeuille) est très importante et a du générer de longues heures de stress difficiles à vivre.

Le portefeuille du blog qui applique la « Stratégie Mensuelle » a perdu 3,76 % depuis le début de l’année. Il y a donc mieux, mais il y a bien pire ! En tout cas, la volatilité reste pour l’instant très raisonnable et n’a pas trop perturbé nos investissements.

Quelle stratégie a été adoptée par les « gagnants » ?

Plusieurs solutions. Soit ils ont joué la baisse, ce qui leur a réussi, soit ils ont misé sur les 0,1 % d’actions qui ont évolué à la hausse depuis janvier 2020. Autre possibilité, ils ont effectué des allers-retours rapides sur des unités de temps très courtes, plusieurs fois par jour, ce qui demande beaucoup d’énergie.

 

Exploitation de la volatilité par des allers-retours à tout va 

Cette période de baisse violente des cours boursiers est une période à priori « favorable » pour les scalpeurs ou daytraders qui recherchent des forts décalages des cours en peu de temps. Le problème est que cette discipline est réservée aux initiés. En effet quand on opère sur des unités de temps très courtes comme l’heure, ou la minute, on est confronté à une multitude d’opportunités. Des possibilités en terme de points d’entrée, et de sortie, sauf que la majorité ne mènent nulle part. Il faut donc être capable de couper rapidement ses gains et encore plus ses pertes au risque de voit fondre son compte comme neige au soleil.

Cette activité est donc très exigeante émotionnellement, et malgré les apparences et les espoirs de gains qu’elle peut générer, très peu en sortent vainqueurs. Les gagnants le sont au prix d’efforts importants.

Les perdants se laissent griser par l’appât du gain ou se laissent piéger par les gaps importants et fréquents dans ces périodes de forte volatilité, parce qu’ils n’ont pas clôturé leur position le soir, espérant voir le trade pris la veille exploser le lendemain.

Paradoxalement, les indices enregistrent leurs plus fortes hausses peu après ces périodes de fortes baisses (voir cet article)! Ce qui peut être tentant…

 

L’approche contrarienne 

Vous avez du déjà entendre l’expression suivante : « en bourse, pour gagner, il faut acheter quand tout le monde vend, et vendre quand tout le monde achète ! »

On appelle cette approche l’approche contrarienne. Cette stratégie peut très bien fonctionner, mais elle est très difficile à tenir émotionnellement  car elle consiste à investir à contre-tendance. L’investisseur doit donc à être en permanence à contre courant.

Pourtant, quelqu’un qui est capable d’acheter au plus bas et vendre au plus haut ne peut théoriquement qu’être gagnant en bourse. Mais comment savoir si l’on est sur un creux ou sur un sommet ?

C’est impossible à moins d’être devin. Toutefois, les grosses corrections peuvent constituer statistiquement une bonne opportunité si l’on considère ceci :

  • Quand les marchés baissent de 10 %, bonne opportunité pour se renforcer

  • Si les marchés baissent de 20 %, opportunité majeure

  • Quand les marchés baissent de 30 à 40 %, opportunité exceptionnelle

  • Si les marchés baissent de 50 % ou plus , opportunité d’une vie !

Ces statistiques concernent les indices, elles ne valent pas pour toutes les actions.

Une opportunité exceptionnelle?

Toute la question est de savoir où la baisse va s’ arrêter…car une action qui a perdu plus de 50 % de sa valeur n’est pas forcément une opportunité pour le futur ! Rien ne dit qu’elle retournera un jour sur ses derniers plus hauts historiques.

Donc l’approche contrarienne peut paraître séduisante, mais une fois de plus il faut se méfier des évidences et éviter d’attraper un couteau qui tombe.

 

La recherche de valeurs soldées-approche fondamentale 

L’approche fondamentale consiste à estimer si le cours d’une action est représentatif du potentiel d’une société, de sa santé financière, si celle-ci est sur ou sous-évaluée. L’objectif étant de trouver de très bons dossiers à un prix réduit. Tout l’art consiste donc à sélectionner les plus belles entreprises. Détecter celles qui présentent les meilleurs fondamentaux économiques et une bonne marge de progression dans leur activité en considérant que le cours en bourse suivra. Le maître en la matière, vous le connaissez, il s’agit bien sûr de Warren Buffet.

Les investisseurs qui se basent sur l’analyse technique sont souvent opposés aux investisseurs qui n’ont d’yeux que pour l’analyse fondamentale. C’est un tort, car les deux approches sont tout à fait complémentaires.

En cette période de crise, celui qui est capable d’identifier les bons dossiers via l’approche fondamentale est en position d’acquérir des titres intéressants à un prix intéressant, soldé à -30 voire -50 %.

La difficulté, forcément c’est qu’il est impossible de prévoir les accidents de parcours auxquels peuvent être confrontés les sociétés dans le futur. Si solides soient elle, comment différencier celles qui se relèveront de la crise de celles qui ne s’en relèveront pas.

 

La patience, en attendant des jours meilleurs, de belles tendances et une volatilité moindre 

Vous l’avez compris, ce dernier paragraphe est dédié à la stratégie de suivi de tendance haussière à laquelle je consacre ce blog. L ‘objectif de la Stratégie Mensuelle, vous le savez si vous êtes déjà inscrit, est de capter les grandes tendances haussières du marché. Elle est basée sur une unité de temps peu courante, l’unité Mensuelle. Lors des épisodes baissiers comme actuellement, le portefeuille est en pause, il n’est plus investit en actions. Ces périodes demandent de la patience et peuvent susciter un sentiment de frustration, si l’on est trop focus sur les périodes de rebonds techniques haussiers comme celui vécu récemment. Par contre, lors des baisses hémorragiques, cette stratégie apporte un confort très appréciable. Elle coupe court au phénomène de volatilité très présent sur les marchés baissiers.

Soyez patient donc, en attendant des jours meilleurs. La philosophie de cette stratégie est de peu intervenir. Finalement, que l’on soit en marché haussier ou baissier, il n’y a pas trop de changement pour l’investisseur !

 

Conclusion

Quelle que soit la phase de marché traversée (haussière ou baissière), il existe presque autant de façons de faire que d’investisseurs. La méthode miracle, nous le savons n’existe pas. Vous devez faire un choix. Risquer de perdre de l’argent en voulant en gagner coûte que coûte, en jouant sur tous les tableaux, ou bien rester à l’écart et laisser passer l’orage. Jouer avec la volatilité c’est jouer avec ses émotions. Cependant, il est tout à fait possible pour un investisseur de se ménager émotionnellement et de s’éviter de longues nuits de stress y compris durant les périodes de crise, comme celle que nous traversons actuellement.

Vous voulez tester la stratégie Mensuelle ? Inscrivez-vous !

A bientôt

Laurent

Que faire lors des crises boursières?

J’ai volontairement repris mon précédent article qui évoquait les corrections boursières et je l’ai adapté à l’évolution de la situation que nous sommes en train de vivre (en rajoutant des passages en italique). Que faire lors des crises boursières telle que celle traversée actuellement…

Les raisons de cet article ? Vous montrer que finalement, il n’y a pas forcément plus de choses à faire dans une situation de crise boursière que dans une situation « normale «  de hausse quand on investit en UT Mensuel, en mode suivi de tendance, à condition bien sûr de suivre sa stratégie !

Bonne lecture !

Les crises boursières font peur…et pourtant

Qui n’a pas été rassuré ou surpris en voyant son portefeuille stagner ou à peine bouger ces derniers jours alors que les indices s’effondraient?

C’est peut être votre cas… Recette miracle ? Biensûr que non ! Puisqu’elle n’existe pas plus sur ce blog qu’ailleurs…

Mais cela prouve (une fois de plus) que sans suivre les cours de la bourse à longueur de journée, il est tout à fait possible de limiter la casse dans ce genre de situation, sans chercher à anticiper, tout en évitant de s’exposer à des flots d’émotions.

Bien sûr, certains daytraders ont très bien profité de cette situation, en jouant la baisse, ou en travaillant sur de petites unités de temps, ou encore en jouant les rebonds techniques. Chaque jour apportant son lot de suspense et de surprises ! De la haute voltige ! Je connais peu de gens très bons dans ce genre d’exercice…l’exercice est réservé à un public averti ! Et malheureusement, la montée d’adrénaline liée à cette période d’excès de volatilité n’est pas forcément synonyme de gains à l’arrivée…puisque la majorité ont perdu gros.

Et maintenant, que faire pour les « monthtraders » (dont je fais partie) ? Comme les autres mois…attendre, rien de plus ! . Cette baisse va t’elle générer une tendance baissière long terme ? On ne le sait toujours pas…mais peu importe puisque l’objectif n’est pas de prévoir. D’autres grosses corrections de ce style ont eu lieu par le passé, même si la violence de cette dernière prend un caractère assez exceptionnel.

Les raisons des crises ou des corrections boursières :

Les corrections boursières constituent des « respirations » entre deux cycles haussiers. Elles sont souvent engendrées par une mauvaise « news ». Les crises boursières ont des raisons un peu plus profondes. Elles sont donc à la fois un peu plus violentes, et plus marquées.

Il y a toujours une raison aux baisses soudaines des indices boursiers. Mais quand on est investisseur sur de grosses unités de temps, on a l’avantage de ne pas avoir à agir plus que la normale dans ce genre de situation.

Plus facile à dire qu’à faire je vous l’accorde, et pourtant. Voyons quelques exemples de baisses soudaines et leur impact sur le portefeuille long terme du blog PEA rentier :

  • 24 juin 2016 : « votes en faveur du brexit » : le CAC40  perd 7 %

l’indice CAC40 baisse de 5 % sur le mois de juin 2016, mais il gagne 4,8 % sur l’année.

Le portefeuille (lien) gagne 7,46 % en juin 2016 et progresse de 3,6 % sur l’année 2016.

  • 31 Octobre 2018 : « perspective de voir la banque centrale remonter ses taux directeurs » : le CAC 40 perd 7,2 %

l’indice CAC40 baisse de 5 % sur le mois et perd 10,9 % sur l’année.

Le portefeuille (lien) perd 7,69 % en octobre 2018 et gagne 2,80 % sur l’année 2018.

  • Fevrier-mars 2020 : « crise du coronavirus », l’indice CAC 40 a perdu environ 20 % (à ce jour).

Le portefeuille a perdu 2,5 % au cours de la même période.

Nous voyons que sans aucune anticipation ou action en dehors des moments prévus par la stratégie, il n’y a pas vraiment eu de catastrophe au niveau du portefeuille du blog.

Vous pourrez constater la même chose en 2008 (le portefeuille est resté stable) alors que les indices étaient dans une tendance baissière long terme, et non une simple correction.

Comment  traverser les crises boursières « sereinement » ?

  • Suivre sa stratégie :

Une fois de plus, c’est LA solution pour éviter de se poser des questions. Les baisses temporaires (corrections) ou long terme sont normales, cycliques. Chercher à les anticiper, c’est essayer de prévoir le marché et se tromper dans la plupart des cas.

A ce sujet je vous renvoie vers cet article :

https://www.droit-inc.com/article23501-Pourquoi-l-anticipation-des-marches-ne-fonctionne-pas

Biensûr il est toujours facile de dire une fois l’orage passé : « si j’avais su, j’aurai vendu et encaissé ma plus value ». Vous aurez raison dans certains cas, dans d’autres ce sera l’inverse et au final ,vous ne saurez plus quoi faire !

A titre d’exemple, le portefeuille du blog était à +8,9 % de plus value courant février alors qu’il a fini à -2.09 % (l’indice CAC40 a perdu 8,5% au cours du même mois).

Fallait-il couper les positions ? Dans l’historique du portefeuille vous pourrez constater des mois à +15 % voire +20 %. Si vous aviez coupé vos positions à +8 %, vous vous seriez privé de belles plus value !

Autre situation intéressante, ce mois-ci (mars 2020) que s’est il passé ? Le CAC a dévissé de presque 13 %, certaines actions ont perdu 30 à 50 % alors que notre portefeuille n’a perdu que 0,5 %.

Le mois n’est pas fini, loin de là, mais une fois de plus, le plus important c’est de voir et surtout de tenir sur le long terme sans céder au stress: peu d’opérations, une volatilité raisonnable et une évolution régulière sur le long terme, c’est l’objectif de cette stratégie.

  • Ne pas céder à la panique et à l’euphorie des rebonds techniques :

C’est la pire des choses à faire. Il m’est arrivé de vendre (ou d’acheter des rebonds) dans la précipitation quand j’investissais au feeling. Je vois encore beaucoup de gens autour de moi faire encore cela. Si vous agissez dans la panique, quelle que soit la situation, vous ferez forcément des erreurs. Si vous êtes préparé, que vous savez ce que vous devez faire dans des situations critiques, vous garderez la tête froide et prendrez les bonnes décisions.

Combien de gens ont cherché à racheter des actions il y a quelques jours parce que « ça ne pouvait pas descendre plus bas » ? Malheureusement beaucoup…Récupérerons-t’ils leur mise ? Pas sûr. Si c’est le cas, dans combien de temps ?

Les gros retournements ne se font pas en un jour ou une semaine :

Les dernières grosses crises (2000 et 2008) ne sont pas survenues en quelques jours. Les retournements long terme qu’ils soient haussiers ou baissiers prennent un certain temps à se mettre en place, même s’il y a des éléments déclencheurs à la base. Dans ce genre de situation, nous avons la possibilité par exemple de sortir du marché. C’était le cas par exemple de fin 2000 à fin 2002, et c’est exactement le cas ce mois-ci !

Durant ces périodes, qui sont plutôt rares (20 % du temps), bon nombre d’entre vous sont tentés de jouer la baisse en investissant par exemple sur des trackers comme le BX4 (qui réplique la baisse de l’indice CAC40 avec un levier 2). Pourquoi pas. Mais il faut savoir que dans les périodes perturbées, les baisses sont souvent violentes violentes et les rebonds techniques haussiers aussi !

Personnellement, pour avoir testé, l’unité de temps que j’utilise (Mensuel) n’est pas compatible avec ce genre de support. Je préfère donc être en mode passif dans les périodes de baisse et attendre que l’orage passe afin d’éviter les fortes variations propres aux périodes de correction.

Conclusion

Quand on investit sur de grosses unités de temps, on ne s’intéresse qu’aux longues périodes haussières et aux longues périodes baissières. Les périodes chahutées de corrections passagères, quand elles ne durent que quelques jours ou semaines ne constituent que des bruits de marché pour les « monthtraders ».

La baisse actuelle est assez exceptionnelle, elle s’apparente plutôt à une crise boursière. Pour autant, elle n’a pas nécessité d’opération exceptionnelle sur le portefeuille du blog, mis à part un changement de mode d’investissement en temps voulu, au début du mois de Mars. Inutile de chercher à prévoir la fin de cet évènement, il faut juste être patient et faire le dos rond, car le marché a toujours raison!

Et vous, comment vivez-vous cette période ? N’hésitez pas à commenter !

Vous voulez tester la stratégie Mensuelle ? Inscrivez-vous !

A bientôt

Laurent

Que faire lors des corrections boursières?

Un sujet d’actualité : Les corrections boursières. On est en plein dedans. C’est bien sûr ce qui inquiète le plus l’ investisseur en bourse. Que faire lors des corrections boursières? faut-il anticiper les baisses en bourse pour réussir? Comment passer à travers ces périodes difficiles lorsque l’on investit sur le long terme?

Vous trouverez des éléments de réponse dans cet article.

Bonne lecture!

Les corrections boursières font peur…

Qui n’a pas stressé en voyant son portefeuille baisser de 5 ou 10 % en quelques jours, comme par exemple lors de ces derniers jours ? Qui n’a pas été tenté de vendre toutes ses positions ? Normal me direz-vous…et pourtant, pas forcément !

En fait tout dépend de votre horizon de placement. Les investisseurs court terme ont très certainement soldé toutes leurs positions à l’achat alors que les investisseurs long terme (dont je fais partie) n’ont normalement pas touché à leurs positions. Nous le savons tous, la baisse violente subie sur les indices et actions de ces derniers jours est due à l’inquiétude liée à l’épidémie de coronavirus. Cette baisse va t’elle générer une tendance baissière long terme ? Pour l’instant personne ne le sait. Toujours est-il que cet élément extérieur, s’il a une influence sur le marché, ne devrait pas pour l’instant avoir d’incidence sur les prises de décision des investisseurs long terme. D’autres corrections ont eu lieu régulièrement par le passé, nous allons en parler dans un prochain paragraphe et voir leurs effets sur nos investissements.

Les raisons des corrections boursières et leurs effets :

Il y a toujours une raison aux baisses soudaines des indices boursiers. Mais quand on est investisseur long terme, on a l’avantage de ne pas avoir à agir dans ce genre de situation.

Plus facile à dire qu’à faire je vous l’accorde. Voyons deux exemples de baisses soudaines et leur impact sur le portefeuille long terme du blog PEA rentier :

  • 24 juin 2016 : « votes en faveur du brexit » : le CAC40  perd 7 %

l’indice CAC40 baisse de 5 % sur le mois de juin 2016, mais il gagne 4,8 % sur l’année. Le portefeuille (historique ici) gagne 7,46 % en juin 2016 et progresse de 3,6 % sur l’année 2016.

  • 31 Octobre 2018 : « perspective de voir la banque centrale remonter ses taux directeurs » : le CAC 40 perd 7,2 %.

l’indice CAC40 baisse de 5 % sur le mois et perd 10,9 % sur l’année. Le portefeuille perd 7,69 % en octobre 2018 et gagne 2,80 % sur l’année 2018.

Nous voyons que sans aucune anticipation ou action en dehors des moments prévus par la stratégie, il n’y a pas vraiment eu de catastrophe au niveau du portefeuille.

Vous pourrez constater la même chose en 2008 (le portefeuille est resté stable) alors que les indices étaient dans une tendance baissière long terme, et non une simple correction.

Comment  traverser les corrections boursières « sereinement » ?

  • Suivre sa stratégie :

Une fois de plus, c’est LA solution pour éviter de se poser des questions. Les baisses temporaires (corrections) ou long terme sont normales, cycliques. Chercher à les anticiper, c’est essayer de prévoir le marché et se tromper dans la plupart des cas.

A ce sujet je vous renvoie vers cet article :

https://www.droit-inc.com/article23501-Pourquoi-l-anticipation-des-marches-ne-fonctionne-pas

Biensûr il est toujours facile de dire une fois l’orage passé : « si j’avais su, j’aurai vendu et encaissé ma plus value ». Vous aurez raison dans certains cas, dans d’autres ce sera l’inverse et au final ,vous ne saurez plus quoi faire !

A titre d’exemple, le portefeuille du blog était à +8,9 % de plus value pour le mois de Février 2020 alors qu’il n’est aujourd’hui qu’à +3,5 % à l’heure ou j’écris.

Fallait-il couper les positions ?

A titre de contre exemple, dans l’historique du portefeuille vous pourrez constater quelques mois à +15 % voire +20 %. Si vous aviez coupé vos positions à +8 %, vous vous seriez privé de belles plus value !

Ce genre de situation fait partie du jeu…mais il faut raisonner en global, prendre du recul, voir sur le long terme en collant à sa stratégie.

  • Ne pas céder à la panique :

C’est la pire des choses à faire. Il m’est arrivé de vendre dans la précipitation quand j’investissais au feeling à mes débuts…et je vois encore beaucoup de gens autour de moi faire cela. Si vous agissez dans la panique, quelle que soit la situation, vous commettrez forcément des erreurs. Si vous êtes préparé, que vous savez ce que vous devez faire dans des situations critiques, vous garderez la tête froide et prendrez les bonnes décisions.

Les gros retournements ne se font pas en un jour ou une semaine :

Les dernières grosses crises que nous avons connues (2000 et 2008) ne sont pas survenues en quelques jours. Les retournements long terme qu’ils soient haussiers ou baissiers prennent un certain temps à se mettre en place, même s’il y a des éléments déclencheurs à la base. Dans ce genre de situation, nous avons la possibilité par exemple de sortir du marché. C’était le cas par exemple de fin 2000 à fin 2002.

Durant ces périodes, qui sont plutôt minoritaires en durée (20 % du temps), bon nombre d’entre vous sont tentés de jouer la baisse en investissant par exemple sur des trackers comme le BX4 (qui réplique la baisse de l’indice CAC40 avec un levier 2). Pourquoi pas. Mais il faut savoir que dans les périodes perturbées, les baisses sont souvent violentes et les rebonds techniques haussiers aussi ! Attention donc au retour de manivelle.

Pour avoir testé, l’unité de temps que j’utilise (Mensuel) n’est pas compatible avec ce genre de support. Je préfère donc être en mode passif dans les périodes de baisse et attendre que l’orage passe afin d’éviter les fortes variations propres aux périodes de correction.

Conclusion

Quand on investit sur le long terme sur des unités de temps comme le Mensuel, on ne s’intéresse qu’aux longues périodes haussières et aux longues périodes baissières. Partant de là, les périodes chahutées durant les corrections passagères (qui ne durent que quelques jours ou semaines) ne constituent que des bruits de marché. Il faut l’accepter. Mais si la baisse se confirme dans la durée, nous agirons en conséquence, car être investisseur long terme ne veut pas dire être haussier 100% du temps !

Vous voulez tester la stratégie Mensuelle ? Inscrivez-vous !

A bientôt

Laurent

Les émotions et le mental en bourse

Vous l’avez souvent entendu, les émotions et le mental en bourse interviennent dans 80 % de votre performance. Qu’en est-il réellement ? Le mental est-il si important en bourse?Comment ne pas subir ses émotions ? Quels sont les pièges à éviter ? C’est l’objet de cet article.

Bonne lecture !

Les émotions et leurs conséquences sur votre mental et votre compte en bourse 

J’ai dressé une liste des émotions les plus courantes auxquelles on est exposé lorsque l’on investit en bourse. Il n’y a que l’embarras du choix…! Et la liste n’est malheureusement pas exhaustive.

la cupidité:

Exemple : vous êtes persuadé que l’action que vous avez en portefeuille va monter jusqu’au ciel rapidement. Vous vous projetez en terme de gains (achat maison, voiture…)

conséquences : dans le cas d’une forte hausse, vous aurez tendance à tout mettre sur cette action et à vous surexposer au risque de prendre un gros retour de manivelle. Dans le cas inverse (baisse), vous serez déçu, mais votre ego vous empêchera souvent de couper vos pertes.

la peur /le doute:

Exemple : l’enjeu vous bloque. Vous n’avez pas confiance en votre plan de trading, ou alors vous bloquez parce que vous avez subi de grosses pertes consécutives.

Conséquences : Vous n’osez plus prendre de positions et quand vous le faites, la peur vous empêche d’agir de manière rationnelle. Vous coupez vos positions au moindre ressaut du marché et passez à coté de belles opportunités.

la colère :

Exemple : une action est partie à la hausse sans vous et vous vous en voulez.

Conséquences : vous prenez tout de même une position au risque de voir le trade se retourner contre vous et de laisser se creuser vos pertes car vous êtes sûrs d’avoir raison.

l’euphorie :

Exemple: l’action que vous avez choisi démarre très fort.

Conséquences : vous vous sentez fort et pensez que cela sera toujours le cas. Vous prenez de plus en plus de risques jusqu’à…

l’ennui :

Exemple : comme 80 % du temps, il ne se passe rien sur les marchés…vous trouvez le temps long.

Conséquences : vous prenez une position (trade de l’ennui) parce que vous ne supportez pas d’être en dehors des marchés ou de voir votre portefeuille stagner. Vous ne respectez pas votre stratégie et cela vous met en difficulté.

la frustration :

Exemple : vous vendez un titre et quelques jours plus tard il repart de plus belle à la hausse.

Conséquences : vous le rachetez, même si votre stratégie vous dit le contraire. Mais il se retourne peu de temps après. Persuadé d’avoir raison, vous ne coupez pas votre position et creusez vos pertes. Vous en voulez à la terre entière et accusez le marché de ne pas être juste avec vous. Dans les cas extrêmes, cela peut vous amener à tout arrêter. Vous trouverez plus de détails dans cet article sur cette émotion en particulier.

Qu’on le veuille ou non, les émotions et le mental sont étroitement liés. Ils interagissent en permanence.

Limiter l’impact des émotions sur votre trading 

-Les pièges à éviter :

C’est souvent en voulant trop bien faire que l’on commet les plus grosses erreurs. Par exemple, si vous prenez une position dans le doute, vous allez forcément chercher des tonnes d’ éléments autour de vous pour vous rassurer. Vous voulez être sûr de prendre la bonne décision alors vous vous compliquez la vie. Pourtant, vous savez que trop d’info nuit à la bonne prise de décision, puisqu’en bourse, on n’est sûr de rien! Il faut rester concentré sur l’essentiel : votre stratégie.

La bourse est tout sauf quelque chose de rationnel, vous ne saurez jamais à l’avance si vous avez pris la bonne décision. Par contre, si vous savez systématiquement dans quelles conditions entrer ou sortir de position, vous serez plus sereins.

– Etre détaché :

Lorsque l’on est en permanence en contact avec le marché, via des applis sur le smartphone ou tous les outils à notre disposition, on a l’impression qu’il ne peut rien nous arriver. En fait c’est le contraire. Etre en contact en permanence avec le marché, c’est subir dans sa tête ses moindres mouvements et être tenté de sortir de position pour un oui ou un non.

Même si ça n’est pas facile, il faut se détacher. C’est d’ailleurs la raison qui m’a poussé à investir avec la Stratégie Mensuelle et qui me pousse aujourd’hui à continuer. N’agir que quelques minutes par mois, et essayer de ne plus y penser le reste du temps.

Bien évidemment, il est plus compliqué voire impossible d’être détaché lorsque l’on suit ses positions en permanence parce que notre mode d’investissement nous l’oblige (pratique du scalping par exemple). Dans ce cas, les émotions sont en permanence en interaction avec le mental du trader!

 

Travailler son mental en bourse : accepter ses émotions et les court-circuiter 

– Avoir confiance en son plan :

Si vous n’avez pas confiance en votre plan de trading, vous ne saurez pas quoi faire en temps voulu, dans des situations particulières. Vous devez savoir quoi faire dans toutes les situations, un peu comme quand vous apprenez à conduire.

Les émotions sont générées par des situations imprévues pour lesquelles on n’est pas préparé. Quand vous savez comment se comporte votre stratégie d’investissement dans telle ou telle situation de marché, vous arrivez à gérer sans problème et à prendre les bonnes décisions. Vous accepterez beaucoup mieux vos pertes, et vos gains !

– Automatiser sans robotiser (routine) :

Automatiser en matière d’investissement ne veut pas forcément dire créer un robot pour faire 100 % des choses à votre place. Si par exemple vous confiez votre argent à un robot de trading, vous n’arrivez pas à lui faire confiance à 100 %. Dans certaines situations, vous serez même tenté d’agir à sa place.

Se créer une routine, c’est se dégager des tâches fastidieuses (récupération des données, calculs…) pour économiser du temps. Mais c’est aussi avoir la main quand cela est nécessaire. Par exemple, avoir un outil d’aide à la décision ne veut pas dire le laisser passer les ordres à votre place.

– Du mental au mindset :

Le travail sur le mental, dans le domaine des investissements boursiers doit mener à la création d’un mindset. Un mindset c’est un écosystème, une bulle, une façon de penser et d’agir qui vous permet de suivre votre stratégie. L’exercice est loin d’être évident.

Essayez à l’occasion de ne penser à rien pendant 10 minutes, pas simple ! Vous aurez l’espace de quelques instants forcément des idées parasites qui viendront vous perturber.

Mais une fois de plus, être concentré sur sa stratégie 10 minutes par mois est plus abordable que d’être focus à longueur de journée parce que l’on pratique le daytrading.

En guise d’illustration, pour terminer cet article, vous trouverez ci-dessous les résultats d’une étude menée par FXCM qui montre que malgré un taux de réussite moyen supérieur à 50% (1er graphe), 80% des traders perdent de l’argent « simplement » parce que leurs pertes par trade (en rouge) sont plus importantes que leurs gains (en bleu). Les raisons? elles font justement l’objet de cet article en grande partie!

taux de réussite moyen des traders de devise selon étude FXCM
source : FXCM étude taux de réussite des traders sur le forex
Ce graphe (source: étude FXCM) montre l'importance du ratio pertes/profits qui explique que 80% des traders perdent de l'argent malgré 50% de trade gagnants. En rouge les pertes moyennes, en bleu les gains. Cela met en évidence l'importance du mental et des émotions en bourse
source : FXCM étude rentabilité des traders sur le forex

Conclusion 

Le mental et les émotions ont une grande importance dès qu’on investit en bourse. Les émotions font partie du jeu en bourse, qu’on le veuille ou non. Nous avons tous notre propre penchant pour tel ou tel type d’émotions. 

S’en détacher est indispensable, même si ça n’est pas facile, notamment lorsque nous devons passer à l’action ou au contraire ne rien faire.

Les réactions émotionnelles en chaîne ne sont pas rares dans les situations difficiles. Elles peuvent provoquer des prises de décisions qui vont à l’encontre du plan de départ et s’avérer très néfastes pour votre portefeuille.

Quand les décisions à prendre sont rares, et que le plan est facile à respecter, ils génèrent moins d’émotions et facilitent le respect de votre stratégie.

Si vous n’êtes pas convaincus de l’emprise qu’ont les émotions sur vous et votre trading, ouvrez en parallèle un portefeuille fictif et un portefeuille réel. « Respectez la même stratégie » sur les deux portefeuilles. Au bout de quelque temps, lequel performe le mieux ?

Vous voulez tester la stratégie Mensuelle ? Inscrivez-vous !

A bientôt

Laurent

Comment placer un stop-loss?

L’ investisseur en bourse se pose normalement ces questions un jour ou l’autre : comment placer un stop-loss ? Suis-je vraiment protégé en cas de baisse brutale ? Quel type de stop-loss utiliser ? Continuer la lecture de Comment placer un stop-loss?

Devenir rentier grâce à la bourse?

Est-il possible de devenir rentier grâce à la bourse ? Comment y parvenir ? Faut-il tout miser sur la bourse ?

Nous allons essayer de répondre à ces questions dans ce nouvel article. Les chiffres annoncés à titre d’exemple ne sont que des ordres de grandeur, le but n’étant pas d’afficher des résultats à la virgule près.

Je vous souhaite une bonne lecture.

 

Qu’est-ce-qu’être rentier ?

Etre rentier c’est être capable de vivre uniquement grâce aux revenus générés par ses investissements et/ou son patrimoine.

Quand on travaille tous les jours, on échange notre temps contre de l’argent. Quelqu’un qui est rentier n’a normalement pas besoin de travailler. Il fait donc l’inverse en échangeant son argent contre du temps libre car son patrimoine travaille à sa place et génère un revenu. Il existe différents types de rentes : rente viagère, rente foncière…

Devenir rentier uniquement grâce à la bourse n’est pas à la portée de tout le monde, surtout quand on part de zéro ou de pas grand-chose. Mais se constituer une rente mensuelle en guise de complément de salaire ou de retraite est largement à la portée de tout un chacun.

 

L’objectif à atteindre en terme de rente

Quand on parle de rente, chacun d’entre nous a en tête des objectifs qui lui sont propres, parfois à la limite du réalisable.

Envisageons un cas de rente venant en complément d’un salaire ou d’une pension de retraite. Le montant de ce complément sera forcément différent d’une personne à l’autre car nous avons tous des situations différentes, des salaires différents, des besoins différents.

Prenons un exemple. Imaginons que je souhaite bénéficier d’un complément de revenu de 1000 euros par mois grâce à mes placements en bourse dès mon départ à la retraite et ce, pendant 25 ans. Il me reste 20 ans à travailler, est-ce possible ?

Oui, c’est possible, mais cela dépend du capital de départ. Par exemple 10.000 euros placés à 18 % pendant 20 ans, puis placés sur des supports à faible rendement peu risqués (obligataire) au-delà des 20 ans donneront une rente mensuelle d’environ 1000 euros pas mois pendant 25 ans.

Un capital de 100.000 euros ne nécessitera qu’un rendement de 4 % annuel pour générer une rente similaire au bout de 20 ans.

 

Capital  départ

Rendement

Rente mensuelle au bout de 20 ans

5000 euros

22 %

1000 euros

10000 euros

18 %

1000 euros

50.000 euros

9 %

1000 euros

100.000 euros

4 %

1000 euros

Tableau 1 : rendement et capital nécessaires (hors inflation) pour obtenir une rente de 1000 euros par mois (pendant 25 ans) au bout de 20 ans de placement.

 

 

La durée de placement 

Quand il est question d’épargne, plus on commence tôt, mieux c’est ! J’en ai déjà parlé dans un article précédent évoquant la magie des intérêts composés. Seulement quelques années de plus peuvent changer carrément la donne. Si nous reprenons l’exemple précédent, avec une durée de placement de 25 ans au lieu de 20 ans, quelle est l’influence sur la rente mensuelle obtenue ?

Capital de départ

Rendement

Rente au bout de 25 ans

5000 euros

22 %

2900 euros

10000 euros

18 %

2500 euros

50000 euros

9 %

1600 euros

100000 euros

4 %

1200 euros

Tableau 2 : rente générée (hors inflation) au bout de 25 ans au lieu de 20 ans

Nous voyons clairement que l’effet de la durée supplémentaire joue beaucoup (effet d’accélération) surtout à partir d’un certain niveau de rendement du placement, indépendamment du capital investit au départ.

 

Incidence de l’effort d’épargne mensuel 

Faut-il réellement faire un gros effort d’épargne mensuelle pour générer une rente intéressante au bout de 20 ans ?

Pas forcément. Une fois de plus, tout dépend du rendement du placement. Plus ce rendement est élevé et plus l’influence des versements mensuels est importante au final. A titre d’exemple, verser 100 euros par mois rapportera 100 euros de plus par mois au bout de 20 ans (toujours pendant 25 ans) si le placement a un rendement de 5 %. Ces mêmes 100 euros versés tous les mois rapporteront environ 900 euros par mois supplémentaires dans le cas d’un placement à 20 %.

Capital de départ

Rendement

Effort d’épargne mensuel

Rente au bout de 20 ans

5000 euros

22 %

100 euros

2200 euros

10000 euros

18 %

100 euros

1800 euros

50000 euros

9 %

100 euros

1400 euros

100000 euros

4 %

100 euros

1100 euros

Tableau 3 : Effet de l’effort d’épargne mensuel sur la rente au bout de 20 ans (hors inflation).

Si l’on compare les tableaux 1 et 3, (avec et sans apport mensuel) on voit nettement l’effet du rendement combiné à l’effet de l’apport mensuel.

 

Pourquoi il ne faut pas tout miser sur la bourse 

Une fausse impression « d’argent facile »

La bourse peut paraître comme étant LE moyen le plus « facile » de générer une rente mensuelle à moyen terme. Quel placement peut générer des rendements supérieurs à 10 voire 20% par an ? Il n’y en a pas beaucoup, c’est vrai. Difficile d’obtenir de tels rendements sur un support Assurance Vie même investit sur des unités de compte. Idem pour un investissement dans l’immobilier, même si le rendement réel est supérieur aux rendements classiques affichés (en moyenne de l’ordre de 4 à 6%) du fait de l’effet de levier lié au crédit.

Quoi qu’il en soit, investir l’intégralité de son patrimoine en bourse dans l’objectif d’obtenir une rente mensuelle sachant que temporairement on sera exposé à des baisses temporaires de 10 voire 20 % n’est pas envisageable. Cela ne sera tout simplement pas tenable pour le commun des mortels. De toute façon, partant du principe qu’on ne doit investir en bourse que des sommes dont on n’a pas besoin dans l’immédiat, faire du « all in » en bourse n’est non seulement pas tenable, mais pas nécessaire !

Alors que faire ?

Combiner plusieurs solutions de placements, toujours dans l’objectif d’un complément de revenus est une solution classique. Par exemple en associant :

  • une assurance vie en pratiquant par exemple une stratégie plutôt défensive et viser des rendements de l’ordre de 7 à 8 % par an,
  •  de l’investissement en immobilier locatif (dans le meilleur des cas, le loyer perçu peut rembourser la mensualité du crédit)
  •  un compte en bourse sur lequel on applique une stratégie un peu plus agressive ( un exemple ici) sur des sommes raisonnables.

On peut espérer obtenir à moyen terme (15-20 ans) une rente mensuelle plus que correcte !

En tout cas, ce scénario basique (qui ne constitue pas un conseil mais un exemple parmi tant d’autres) sera certainement plus profitable au final que celui qui consiste à tout placer sur le fonds euros de son assurance vie ou sur son livret A en espérant uniquement une revalorisation d’année en année. Attention, je ne dis pas que ce type de support (livret A ou fond euros) ne doit pas être utilisé. Le livret A par exemple peut constituer une réserve de « cash ». Il permet de disposer de liquidités rapidement, en cas de coup dur, c’est très pratique. Mais l’utiliser comme un outil de placement en espérant des gains conséquents sur le long terme n’est pas pensable.

Bien sûr, il est indispensable de prendre en compte sa propre tolérance au risque pour ne pas s’épuiser en cours de route et tenir le cap sur le long terme!

 

Commencer tôt pour un effort moindre

Vouloir être rentier à 30 ans lorsque on en a 20, est-ce possible ?

Oui c’est possible, mais c’est assez exceptionnel car cela sous-entend qu’il faut générer en 10 ans suffisamment de revenus pour pouvoir en vivre le restant de ses jours.

Quand on a des revenus moyens, on peut espérer dégager un complément raisonnable au bout de 15 à 20 ans, à condition de s’y employer un minimum.

Mais nous l’avons vu, si on commence tôt et qu’on n’est pas pressé, c’est encore mieux!. Par exemple, il est tout à fait possible pour un adolescent qui a 15 ans aujourd’hui d’envisager une rente de 1500 euros par mois pour ses 60 ans. Je vous l’accorde, quand on a 15 ans, on n’a pas trop ce genre de préoccupations ! Mais…

Si vous placez 3000 euros à 7 % de rendement par exemple pour vos enfants ou petits enfants et que vous rajoutez à cela 50 euros tous les mois… votre enfant obtiendra pour ses 60 ans une rente de plus de 1000 euros par mois pendant 25 ans. Bien sûr ce n’est qu’un exemple (qui ne tient pas compte du rabotage dù à l’inflation) mais il montre que des petits efforts peuvent mener à de belles choses quand on s’y prend tôt.

Si l’on place cette même somme à 10 % avec le même effort d’épargne mensuel, c’est plus de 3000 euros de rente mensuelle obtenus à 60 ans pendant 25 ans, contre 300 euros par mois si l’on choisit au départ un support rémunéré à 2 %… 

 

Conclusion 

Devenir rentier uniquement grâce à la bourse, c’est possible, mais difficile. En tout cas cela ne peut pas arriver du jour au lendemain car en bourse, comme dans d’autres domaines, il n’y a pas de miracles!

Toutefois, dégager une rente ou un bon complément de revenu à moyen terme grâce à la bourse est tout à fait réalisable, même avec un apport initial faible, en s’exposant un minimum.

Le gros avantage du placement en bourse est qu’il peut permettre de dégager des rendements intéressants sur le long terme sans être consommateur de temps, à condition de s’orienter vers des stratégies utilisant des unités de temps longues.

Quelle que soit la stratégie adoptée, nous avons vu qu’il valait mieux diversifier ses investissements, les combiner et ne pas tout miser sur la bourse, le but étant d’ arriver à dégager un revenu stable à moyen/ long terme sans trop se mettre de pression.

Vous voulez tester la stratégie mensuelle ? Inscrivez vous !

À Bientôt !

Laurent

7 erreurs qui vous font perdre en bourse

Nous allons dans cet article passer en revue les erreurs les plus courantes commises par les investisseurs en bourse. Si j’en parle, c’est parce que les ai toutes commises, parfois plusieurs fois à mes dépends depuis que je pratique l’investissement en bourse.

Heureusement, ne dit-on pas que l’on apprend de ses erreurs ?

Je vous souhaite une bonne lecture

 

1- Ne pas avoir de plan 

Quelle que soit la manière dont on investit en bourse, il est primordial d’avoir un plan. Investir à l’instinct, ça ne marche qu’un temps. Tout simplement parce que la chance ne dure qu’un temps ! En agissant de la sorte, on finit tôt ou tard par se retrouver piégé sans savoir quoi faire, puisque l’on n’a pas de plan de sortie !. Avoir une stratégie est indispensable quand on investit en bourse. Elle doit coller au mieux avec les objectifs et la personnalité de celui qui l’utilise.

 

2- Essayer d’anticiper le marché

C’est peut être l’ erreur qui revient le plus fréquemment ! Qui n’a pas été un jour tenté d’anticiper un retournement à la hausse ou à la baisse afin d’acheter au plus bas et de vendre au plus haut ? Tout le monde, je vous rassure car c’est humain. Sauf que cela n’est tout simplement pas possible. Vous y arriverez peut être une fois de temps en temps, mais il est illusoire de se fixer ce genre d’objectif.

J’ai fait cette erreur lorsque je tradais en UT journalière. Heureusement, je gardais une trace de chaque trade passé et en fin d’année je faisais mes propres statistiques. J’ai fini par me rendre compte qu’au final, la plupart de mes trades perdants étaient dus à de l’anticipation, certainement par manque de patience ! Ou un excès d’optimisme.

Donc anticiper une hausse ou une baisse n’est pas la clé pour gagner en bourse.

 

3- Ne pas suivre son plan

Avoir un plan de trading c’est bien, le suivre c’est mieux ! Mais c’est loin d’être facile. La même méthode ne fonctionnera pas avec tout le monde, car on est tous différents. A ce sujet, je vous invite à lire à titre d’exemple cet article qui fait référence à la « méthode des tortues » : https://www.centralcharts.com/fr/gm/1-apprendre/5-trading/14-strategie/288-methode-des-tortues-strategie-des-tortues

Il s’agit en fait d’une expérimentation qui montre l’intérêt de suivre son plan de trading.

Il y a des périodes au cours desquelles c’est plutôt facile, quand le portefeuille évolue à la hausse, tranquillement. Dans le cas de baisses ou de hausses violentes, c’est différent ! On peut alors être tenté de couper les positions même si notre stratégie dit le contraire. Vous aurez dans certains cas raison, ce qui vous poussera à changer de méthode. Mais la plupart du temps, sur le long terme, cela sera contre productif et vous le regretterez. Au final, suivre son plan, c’est s’éviter des questions inutiles.

Aucune stratégie ne gagne dans 100 % des cas. 30 % de positions gagnantes peuvent suffire à s’en sortir en bourse. A l’inverse, 80 % de positions gagnantes ne veut pas forcément dire des gains à l’arrivée.

 

4- Ne pas prendre en compte ses émotions

Lors de situations particulières :

J’ai un peu abordé ce point dans le paragraphe précédent. Dans des situations « anormales », hausses ou baisses rapides par exemple, les émotions entrent en jeu. Notre cerveau nous joue des tours. C’est normal car nous ne sommes pas câblés naturellement pour faire face à certains scénarios. La partie émotionnelle fait toute la différence entre un trader qui gagne et un trader qui perd, il faut en être conscient. Le trading automatique n’est pas, contrairement à ce que l’on croit une arme absolue qui élimine les émotions. En effet, si vous n’avez pas confiance dans votre robot de trading, vous serez tenté de couper les positions à sa place ! C’est une stratégie parmi d’autres qui ne fonctionne pas avec tout le monde.

Lorsque l’on doit agir :

Autre aspect important, la simplicité et la clarté du plan de trading : Si ce dernier est clair, qu’il répond à tout type de situation, vos émotions ne devraient pas vous influencer. S’il n’est pas clair, sujet à interprétation, vous vous poserez forcément des questions, vous demanderez conseil à droite à gauche et commettrez des erreurs parce que vous serez tenté de sortir de votre ligne de conduite.

Si pour chacun de vos trades vous connaissez les règles d’entrée et de sortie, vous serez sereins. Dans la Stratégie Mensuelle que j’applique et que je partage avec ceux qui le souhaitent, nous avons exactement le même niveau d’information quant aux entrées et sorties de positions. Il n’y a normalement aucune ambiguîté.

 

5- Ne pas être patient

En fonction des méthodes de trading utilisées, vous devrez intervenir plus ou moins fréquemment en passant des ordres. Plusieurs ordres par jour pour les daytraders ou les scalpeurs, plusieurs par semaine pour les swing traders en journalier…etc. Dans tous les cas, quelle que soit l’unité de temps utilisée, vous devrez faire preuve de patience. Un trade passé en unité de temps 1 min peut parfois sembler bien plus long qu’un trade en unité de temps mensuelle croyez-moi ! Tout dépend de la situation. Finalement tous les points évoqués dans cet article sont étroitement liés. Qui dit manque de patience dit entrée ou sortie de position anticipée, ou non respect de la stratégie.

Etre patient c’est aussi accepter de ne pas voir son portefeuille partir à la hausse comme une fusée du jour au lendemain ! Ou bien accepter de voir son portefeuille évoluer à la baisse ou stagner pendant quelque temps sans sourciller. Cela peut paraître évident, et pourtant ça ne l’est pas du tout !

Par exemple ici, un extrait du graphe de l’évolution du portefeuille test affiché sur le blog :

parmi les 7 erreurs qui vous font perdre en bourse : l'impatience lors d'un palier dans l'évolution du portefeuille boursier.

Le palier dans l’évolution du portefeuille du blog dure ici un peu plus de un an (de mi 2010 à fin 2011) ! Pour autant il ne remet pas en question l’évolution globale sur le long terme.

Etre patient en bourse passe forcément par le respect du plan de trading que l’on s’est fixé, être constant et accepter les baisses provisoires.

 

6- Ecouter les infos alarmistes et les prévisions de spécialistes

Les prévisions :

Vous avez forcément reçu des emails ou lu des informations alarmistes prévoyant la prochaine crise pour des raisons géopolitiques, économiques, explosion de la dette, de l’inflation…etc

Ces prévisions ont 1 chance sur 2 de se réaliser à la date prévue. A long terme, elles ont 100 % de chance de se réaliser. On sait qu’une baisse des marchés arrivera un jour ou l’autre….mais quand? 

La bourse est faite de cycles, avec des excès et des baisses qui corrigent ces excès, c’est tout à fait normal. La difficulté pour les prévisionnistes est de savoir quand cela va arriver ! Malheureusement, quoique l’on dise, spécialiste ou pas, personne ne le sait. Alors que faire ?

Personnellement cela ne m’inquiète pas du tout parce que j’applique une stratégie de suivi de tendance haussière. Je n’anticipe pas, je suis. Donc quand la tendance sera baissière, je saurai quoi faire, parce que c’est prévu dans ma stratégie. Rester cash par exemple est une solution. D’autres essaieront de jouer la baisse, c’est possible, pas moi. Les périodes de baisse durent environ 2 ans, pas 2 jours. Les marchés ne se retournent pas du jour au lendemain. Donc essayer d’anticiper ne sert pas à grand-chose, au contraire.

Et leur incidence :

Le problème est que ces infos ont une incidence sur votre comportement et peuvent elles aussi vous faire sortir des rails. Par exemple, si vous avez dans votre portefeuille un titre qui évolue à la baisse. Vous entendez à la radio que la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine bat son plein et qu’elle devrait s’amplifier dans les mois à venir. Cette information, si vous n’avez pas confiance en votre stratégie va forcément vous perturber et vous faire douter parce qu’elle va dans le mauvais sens.

Ce genre d’infos tombe tous les jours, plusieurs fois par jour. Quand on investit sur de grosses unités de temps comme le mensuel, on n’en tient tout simplement pas compte parce que les bruits de marché qu’elles provoquent n’ont de l’incidence qu’à court terme.

Le signal doit venir de la stratégie utilisée, pas des médias!

 

7- Ne pas accepter d’avoir tort

L’investisseur en bourse, s’il veut survivre doit absolument mettre son ego de coté. Gagner en bourse sur le long terme ne veut pas forcément dire gagner tous les mois, ou dans 100 % des cas, j’en ai déjà parlé auparavant. Cela veut donc dire qu’il faut accepter de temps en temps de perdre et donc de ne pas avoir raison sur la position prise.

Ne pas accepter d’avoir tort, c’est par exemple avoir en portefeuille une ligne perdante (perte latente) et ne pas respecter sa stratégie de sortie qui nous dit de vendre en encaissant notre perte. Pire encore, c’est surenchérir en moyennant à la baisse en se disant « ça remontera bien un jour ». Dans certains cas, les marchés vous donneront raison, dans d’autres cas, vous rentrerez dans une spirale infernale.

Le marché a toujours raison au final. S’obstiner à vouloir aller à contre tendance parce qu’on est persuadé que les cours vont s’inverser et suivre notre volonté, quand on adopte une stratégie de suivi de tendance ne peut être que contre productif ! Et pourtant… c’est une pratique courante, bien que autodestructrice.

 

Conclusion

Le marché est tout sauf quelque chose qui suit une logique. Croire qu’après une baisse il y aura forcément une hausse, ou que la hausse ne peut pas durer parce qu’elle dure depuis quelque temps, c’est agir à l’instinct, sans stratégie. Il faut donc s’en tenir à ce que l’ont voit et pas à ce que l’on aimerait voir.

La liste d’erreurs énoncée dans cet article est loin d’être exhaustive. Faire des erreurs est tout à fait normal. Les répéter sans remise en question est destructeur.

Je terminerai cet article par une citation d’Einstein, encore lui! :

« La folie c’est de répéter les mêmes erreurs en espérant des résultats différents »

Vous voulez tester la stratégie mensuelle ? Inscrivez vous !

 

À Bientôt !

Laurent