Combiner portefeuille passif, investissement dans les ETF et méthode DCA.

L’investissement en bourse est possible sous différentes formes. Le nombre de supports à notre disposition est presque infini, tout comme le nombre et la nature des stratégies à mettre en œuvre. 

Aujourd’hui nous allons nous concentrer sur un type de stratégie exclusivement consacré à l‘investissement sur des supports de type ETF. Nous allons voir comment combiner ces supports tout en construisant un portefeuille passif et en utilisant une méthode DCA, méthode qui a déjà fait l’objet d’un article sur ce blog.

Bonne lecture !

Les ETF ou trackers, c’est quoi ?

Si vous avez parcouru ce site, ou si vous êtes inscrit pour recevoir la composition du portefeuille PEA du blog, vous savez ce qu’est composer un portefeuille exclusivement à partir d’actions.

Le choix des titres composant le portefeuille dépend normalement de la stratégie mise en œuvre. Votre portefeuille peut très bien être composé d’actions appartenant chacune à un secteur particulier (bancaire, technologie, énergie…).

Investir dans un ETF (Exchange Traded Fund) c’est investir dans un panier d’actifs (actions, obligations..) et non plus dans un actif en particulier. Par exemple, un ETF qui réplique l’indice CAC40 (actif sous-jacent) va avoir une performance identique ou très proche du CAC40. Acheter cet ETF, revient à mettre dans votre portefeuille 40 actions ! Même chose pour le S&P500 ou pour les autres indices boursiers. Les indices boursiers sont tous disponibles sous forme d’ETF, donc vous pouvez les mettre facilement dans votre portefeuille.

Quel intérêt ?

Le premier avantage des ETF est que ce type de support permet d’investir en une seule opération dans un panier d’actifs au lieu d’acheter les actifs de manière séparée, autrement dit en mode stock picking. Par exemple si vous achetez un « ETF world », vous allez investir dans des milliers d’actions en une seule opération. Il est aussi possible de sectoriser géographiquement vos achats (ETF Europe, Chine, Canada…) mais aussi d’investir dans des secteurs sous-jacents divers et variés (énergie, matières premières, bancaire, obligataire, biotechnologies, immobilier…).

Le champ des possibles est aujourd’hui presque sans limites !

Un autre avantage des ETF par rapport à d’autres supports d’investissement est le montant des frais qui sont en général moins importants pour ce type de support que pour bon nombre de supports , voire nuls.

Où trouver des ETF ?

Les ETF sont disponibles aujourd’hui dans toutes les enveloppes fiscales : PEA, compte titres, assurance-vie, PER. Sachez que toutes les assurances vies et PER ne sont pas logées à la même enseigne. Le choix est plus ou moins riche en fonction des contrats souscrits. Si vous choisissez d’investir sur des ETF, renseignez vous bien avant de souscrire.

Mais nous allons voir qu’un minimum de supports suffit à composer un portefeuille.

Un portefeuille passif, comment ça marche ?

Le principe d’un portefeuille passif est de fonctionner sans aucune opération de la part de l’investisseur, mis à part les achats initiaux et éventuellement les rééquilibrages annuels. Il est tout à fait possible de combiner ce type de portefeuille avec une méthode DCA qui consiste à rajouter tous les mois une certaine somme d’argent sur un ou plusieurs supports.

Quelle combinaison d’ETF adopter ?

Vous vous en doutez, il n’y a pas 1 seule façon de faire et encore moins de recette miracle ! Mais certaines compositions ont fait leur preuve depuis un certain temps.

Le principe de base, lorsque l’on veut construire un portefeuille passif est d’investir dans des compartiments d’actifs non corrélés.

Un exemple d’actifs décorrélés:

Les actions et les obligations. Même si l’année 2022 nous a montré l’inverse, historiquement, l’évolution des actions et des obligations a très souvent été décorrélée. En période de croissance, les actions se portent bien. En période d’inflation, les obligations ont tendance à se dévaluer du fait de l’augmentation des taux alors que les matières premières se valorisent. Quant aux liquidités, elles ont tout leur intérêt lors des marchés baissiers ! Il en est de même des obligations, quand le marché des actions est en berne. Vous devez considérer tout cela sur le long terme, de manière globale. Au cours de certaines courtes périodes, il est possible de voir tout ces actifs évoluer à la hausse en même temps ! Ou à la baisse.

2 exemples de portefeuille passif :

Si vous répartissez votre portefeuille en 4 parts égales constituées :

1- 25 % ETF S&P500

2- 25 % ETF Obligations d’État long terme

3- 25 % ETF Or

4- 25 % cash

Vous obtiendrez un portefeuille dit « permanent », ou portefeuille de Harry Browne

exemple de combinaison possible de Portefeuille passif ETF et DCA : portefeuille permanent
cliquez sur l’image pour l’agrandir

Ce portefeuille est souvent appelé « portefeuille anticrise » car il a permis jusqu’à présent de traverser les périodes de marchés baissiers de manière plutôt sereine, avec une volatilité bien moindre que celle des indices boursiers.

Autre exemple :

le portefeuille « all weather » de Ray Dalio :

1- 30 % ETF S&P500

2- 40 % ETF Obligations d’État long terme

3- 15 % ETF Obligations d’État à moyen terme

4- 7,5 % ETF or

5- 7,5 % ETF matières premières.

exemple de combinaison possible de Portefeuille passif ETF et DCA : portefeuille all weather
cliquez sur l’image pour l’agrandir

Ces deux types d’allocation sont parmi les plus connues, même s’il en existe plein d’autres. Nous savons que les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Toutefois ces 2 portefeuilles ont prouvé jusqu’à présent, depuis très longtemps leur robustesse en délivrant une performance moyenne de l’ordre de 6 à 8% par an avec une volatilité relativement faible. La performance est certes légèrement inférieure à celle du S&P500 (9 % par an) , mais la volatilité et les drawdowns du portefeuille sont bien moindres.

L’avantage premier, vous l’avez compris est d’obtenir une certaine stabilité, garante de vos émotions !

Un rééquilibrage annuel de tous les compartiments permet d’améliorer la performance sur le long terme même s’il peut parfois paraître contre intuitif. Le reste du temps, vous ne faites rien.

Bien entendu, il ne s ’agit pas là d’un conseil en investissement, mais d’un simple constat.

Si vous voulez aller plus loin, tester d’autres modèles de portefeuilles passifs prédéfinis (Mebane Faber, 60/40…), les comparer voire constituer votre propre portefeuille passif, vous pouvez par exemple cliquer ici. Gardez tout de même à l’esprit que les performances passées ne préjugent pas des performances futures, donc gare à la suroptimisation si vous effectuez par exemple des tests sur des périodes trop courtes.

Combiner portefeuille passif, ETF et DCA ?

Ce mode d’investissement est tout à faire compatible avec une pratique du DCA. Rien ne vous empêche d’alimenter chaque mois ou chaque trimestre votre portefeuille de manière automatique en programmant des versements réguliers sur chacun des compartiments. Opter pour une méthode DCA ne signifie pas forcément investir sur un seul support. Les apports réguliers ont pour effet de lisser les drawdowns et la courbe de gains. Certaines enveloppes fiscales vous demanderont plus d’efforts que d’autres pour pratiquer le DCA : les assurances vies sont plus propices à un mode 100% automatique à moindre coût. Si vous optez pour ce type de stratégie sur PEA ou CT, vous devrez chaque mois attribuer votre versement périodique sur les supports désirés, ce qui reste raisonnable en terme d’effort. Si vous arrivez à trouver un broker qui vous permet de faire tout cela automatiquement, attention aux frais d’opérations!

Conclusion

L’investissement à travers un portefeuille passif constitué d’ETF peut être une solution pour les investisseurs à la fois paresseux et peu tolérants à la volatilité !

Les ETF sont aujourd’hui des supports largement accessibles sur toutes les enveloppes fiscales, à moindre coût. Ce type de support qui permet d’investir dans un panier d’actifs se prête bien à un mode d’investissement passif.

Nous venons de voir qu’il était possible d’obtenir par ce mode d’investissement des rendements raisonnables, au vu des efforts déployés, tout en limitant au maximum les frais d’arbitrages. Le résultat final dépend forcément de la combinaison d’actifs choisie au départ.

Construire un portefeuille passif avec des ETF et avec la méthode DCA est possible. Comme nous l’avons vu, la méthode DCA peut tout à fait venir se greffer sur ce mode d’investissement bien que multisupports.

Bien évidemment, si vous choisissez cette voie, l’objectif étant le long terme, il est important de ne pas vous transformer en cours de route en investisseur super actif au moindre sursaut des marchés, discipline oblige !

N’hésitez pas à partager cet article !

Vous voulez tester la stratégie Mensuelle ? Inscrivez vous !

A bientôt

Laurent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 ⁄ 4 =