Que faire lors d’un marché baissier?

 

Depuis le début de l’année 2022 les indices sont dans le rouge. Le CAC40 a cédé 20 % environ depuis janvier, les indices américains autour de 25 %.

Comme vous avez pu le remarquer, depuis plusieurs mois, le portefeuille du blog est 100 % cash. Quelles sont les caractéristiques d’un marché baissier ? Quelles sont les possibilités en matière d’investissement boursier durant ces périodes? 

Quelques éléments de réponse dans cet article.

Les principales caractéristiques d’un marché baissier 

Voyons en quelques points en quoi se distingue un marché baissier.

Des baisses (quelle que soit l’UT) plus violentes :

Comme on peut le voir sur le graph indiciel ci-dessous (UT mensuelle), la différence de pente entre une évolution à la hausse et à la baisse est très marquée.

marché baissier

« En bourse, on monte par l’escalier et on descend par l’ascenseur »

Comme vous avez pu le remarquer depuis le début de l’année 2022, les journées au cours des quelles les indices clôturent à -2 voire 4 % ne sont pas rares. Les journées de baisses plus importantes ( -10 à -15%) sont elles beaucoup plus rares, heureusement ! Mais elles ne sont pas toujours synonyme de marché baissier (exemple annonce Brexit 24/06/2016 qui a bien secoué les marchés).

En période haussière, les ratios d’évolution à la hausse comme à la baisse sont très faibles et régulières, rarement plus de 1 % sur une journée.

Des hausses ou rebonds violents :

Bizarrement, lors d’un marché baissier, les phases de hausse, ou rebonds, sont beaucoup plus violentes que lors d’un marché haussier. Des hausses de +5 % à +10 % au cours d’une journée sont tout à fait possible sur les indices. Mais ces hausses ne sont pas forcément signe de retournement de tendance. Attention au piège !

Peu d’opportunités d’achat :

Évidemment, qui dit tendance baissière sur les indices dit peu d’opportunités d’achat. Si vous faites partie des inscrits et que vous pratiquez ou suivez la stratégie du blog, il ne vous a pas échappé que depuis le début de l’année, les achats sont rares !

C’est tout à fait normal, surtout quand on travaille sur une unité de temps Mensuelle. Les fenêtres de tir sont trop courtes pour être exploitées.

Des news interprétées différemment :

Lorsque les cours évoluent à la baisse, tout est prétexte à la panique. La moindre news peut faire accélérer les cours à la baisse. En période de marché haussier, l’optimisme règne. Les news, même si elles ne sont pas très bonnes n’ont que peu d’impact sur l’évolution globale des cours du marché.

Que faire lors d’un marché baissier ?

 

Rester en dehors des marchés :

C’est la solution la plus simple ! Quand on joue la hausse des marchés, on peut faire le choix de rester en dehors des marchés lorsque la tendance s’inverse. Etre cash est une forme de position contrairement à ce qu’on pourrait penser.

Mais pourquoi ne pas jouer la baisse sur un marché baissier ? C’est possible, ça peut même payer, mais il faut viser très juste ! Rappelez-vous ce qui a été dit plus haut. Lors d’un marché baissier, la volatilité à la hausse comme à la baisse est beaucoup plus marquée. Si vous n’êtes pas à l’aise avec cela, il vaut mieux passer votre chemin.

Etre patient :

Et oui ! Une fois de plus, il faut être patient. En période de hausse, vous le savez, la patience est déjà de mise. Votre portefeuille ne s’envolera pas du jour au lendemain, il faut en être conscient, la bourse ne paie que sur le long terme.

Lors des marchés baissiers, c’est encore pire. Il faut être très très patient, et rester parfois longtemps sans rien faire ! Sachant que ces périodes peuvent durer plusieurs années.

Mais vaut-il mieux gagner ± 0 % ou bien voir son portefeuille fondre de -30 à -50 % ?

Pour moi le choix est vite fait 🙂 Rester en dehors des marchés lors de ces périodes , c’est d’abord se préserver émotionnellement.

Je tiens tout de même à préciser les choses : je fais ce choix parce qu’il respecte les fondements de la stratégie que j’applique à mon portefeuille et ma façon de fonctionner. D’autres stratégies, peut être plus rentables, appellent à l’achat ou à rester investi lors des périodes rouges. Mais à quel prix (émotionnellement)?

Rester cash en période de baisse et d’inflation, est-ce pertinent ?

La question mérite d’être posée ! En période d’inflation, le cash perd de la valeur. Si l’inflation est de 5 % sur une année, vos liquidités perdent 5 % de leur valeur au cours de cette même année.

Le problème est qu’en période de marché baissier, il est très difficile de trouver un compartiment qui évolue à la hausse. Quand l’ambiance est morose, que les indices évoluent à la baisse de manière durable, le reste a tendance à suivre.

Il y a quelques années, les obligations d’état avaient tendance à performer lorsque les indices dévissaient, dans certains cas bien précis, mais la donne a changé aujourd’hui.

Pareil pour l’or, longtemps considéré comme valeur refuge, notamment en période d’inflation. En ce moment, l’or coté en dollar évolue même à la baisse tellement le dollar s’envole à la hausse ! Quand aux cryptomonnaies…

Donc rester cash malgré l’inflation est loin d’être la solution la plus risquée.

Jouer la baisse avec un tracker répliquant la baisse ?

C’est une question qui revient souvent ! Pourquoi ne pas jouer la baisse des indices en achetant un tracker « short » ?

Jouer la baisse est un exercice très particulier :

Comme évoqué précédemment, les marchés ne se comportent pas de la même manière lorsqu’ils évoluent à la hausse ou à la baisse. Nous avons tous des biais comportementaux qui font que nous sommes naturellement plus performant dans certaines phases de marché plutôt que dans d’autres.

Méfiez-vous donc des évidences. Investir à la baisse n’est pas si simple.

Le phénomène de Béta Slippage :

Si l’on reste sur l’exemple d’un tracker éligible au PEA, répliquant à la baisse l’évolution des indices, il faut bien prendre en compte ce phénomène.

Pour faire court, ces trackers sont calculés quotidiennement ce qui altère leur performance sur le long terme et entraîne une certaine dérive . Dans certains cas extrêmes, vous pourriez même perdre de l’argent sur le long terme en ayant investi sur un tracker « short » alors que l’indice sous-jacent a bien évolué à la baisse !!

Certains trackers, censés répliquer 2 fois la baisse de l’indice depuis le début de l’année 2022 sont très loin du compte aujourd’hui, en octobre 2022.

Il vaut donc mieux utiliser les trackers « short » sur de courtes durées.

Conclusion

Les marchés baissiers ont leur lot de particularités. Croire qu’un marché baissier est la simple symétrie d’un marché haussier est une grosse erreur. Les périodes de baisse sont à la fois plus violentes et beaucoup plus piégeuses pour les investisseurs.

Ces périodes volatiles sont difficiles à traverser pour les investisseurs n’ayant pas une stratégie « tout terrain ».

Il n’y a bien évidemment pas de solution miracle. Rester cash fait partie des solutions à privilégier lors des phases baissières. C’est d’ailleurs la solution adoptée actuellement dans la gestion du portefeuille du blog.

Dans tous les cas et encore plus dans les phases de marché baisser, la patience doit rester de mise ! Pas évident, car on a l’impression de perdre son temps.

Mais au final, ne vaut-il pas mieux être patient et garder son énergie pour des jours meilleurs ? plutôt que de s’épuiser à rester sur le marché au risque de se faire chahuter et surtout ne rien gagner de plus.

N’hésitez pas à partager cet article !

Vous voulez tester la stratégie Mensuelle ? Inscrivez-vous !

A bientôt

Laurent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 × 28 =