Que faire lors des corrections boursières?

Un sujet d’actualité : Les corrections boursières. On est en plein dedans. C’est bien sûr ce qui inquiète le plus l’ investisseur en bourse. Que faire lors des corrections boursières? faut-il anticiper les baisses en bourse pour réussir? Comment passer à travers ces périodes difficiles lorsque l’on investit sur le long terme?

Vous trouverez des éléments de réponse dans cet article.

Bonne lecture!

Les corrections boursières font peur…

Qui n’a pas stressé en voyant son portefeuille baisser de 5 ou 10 % en quelques jours, comme par exemple lors de ces derniers jours ? Qui n’a pas été tenté de vendre toutes ses positions ? Normal me direz-vous…et pourtant, pas forcément !

En fait tout dépend de votre horizon de placement. Les investisseurs court terme ont très certainement soldé toutes leurs positions à l’achat alors que les investisseurs long terme (dont je fais partie) n’ont normalement pas touché à leurs positions. Nous le savons tous, la baisse violente subie sur les indices et actions de ces derniers jours est due à l’inquiétude liée à l’épidémie de coronavirus. Cette baisse va t’elle générer une tendance baissière long terme ? Pour l’instant personne ne le sait. Toujours est-il que cet élément extérieur, s’il a une influence sur le marché, ne devrait pas pour l’instant avoir d’incidence sur les prises de décision des investisseurs long terme. D’autres corrections ont eu lieu régulièrement par le passé, nous allons en parler dans un prochain paragraphe et voir leurs effets sur nos investissements.

Les raisons des corrections boursières et leurs effets :

Il y a toujours une raison aux baisses soudaines des indices boursiers. Mais quand on est investisseur long terme, on a l’avantage de ne pas avoir à agir dans ce genre de situation.

Plus facile à dire qu’à faire je vous l’accorde. Voyons deux exemples de baisses soudaines et leur impact sur le portefeuille long terme du blog PEA rentier :

  • 24 juin 2016 : « votes en faveur du brexit » : le CAC40  perd 7 %

l’indice CAC40 baisse de 5 % sur le mois de juin 2016, mais il gagne 4,8 % sur l’année. Le portefeuille (historique ici) gagne 7,46 % en juin 2016 et progresse de 3,6 % sur l’année 2016.

  • 31 Octobre 2018 : « perspective de voir la banque centrale remonter ses taux directeurs » : le CAC 40 perd 7,2 %.

l’indice CAC40 baisse de 5 % sur le mois et perd 10,9 % sur l’année. Le portefeuille perd 7,69 % en octobre 2018 et gagne 2,80 % sur l’année 2018.

Nous voyons que sans aucune anticipation ou action en dehors des moments prévus par la stratégie, il n’y a pas vraiment eu de catastrophe au niveau du portefeuille.

Vous pourrez constater la même chose en 2008 (le portefeuille est resté stable) alors que les indices étaient dans une tendance baissière long terme, et non une simple correction.

Comment  traverser les corrections boursières « sereinement » ?

  • Suivre sa stratégie :

Une fois de plus, c’est LA solution pour éviter de se poser des questions. Les baisses temporaires (corrections) ou long terme sont normales, cycliques. Chercher à les anticiper, c’est essayer de prévoir le marché et se tromper dans la plupart des cas.

A ce sujet je vous renvoie vers cet article :

https://www.droit-inc.com/article23501-Pourquoi-l-anticipation-des-marches-ne-fonctionne-pas

Biensûr il est toujours facile de dire une fois l’orage passé : « si j’avais su, j’aurai vendu et encaissé ma plus value ». Vous aurez raison dans certains cas, dans d’autres ce sera l’inverse et au final ,vous ne saurez plus quoi faire !

A titre d’exemple, le portefeuille du blog était à +8,9 % de plus value pour le mois de Février 2020 alors qu’il n’est aujourd’hui qu’à +3,5 % à l’heure ou j’écris.

Fallait-il couper les positions ?

A titre de contre exemple, dans l’historique du portefeuille vous pourrez constater quelques mois à +15 % voire +20 %. Si vous aviez coupé vos positions à +8 %, vous vous seriez privé de belles plus value !

Ce genre de situation fait partie du jeu…mais il faut raisonner en global, prendre du recul, voir sur le long terme en collant à sa stratégie.

  • Ne pas céder à la panique :

C’est la pire des choses à faire. Il m’est arrivé de vendre dans la précipitation quand j’investissais au feeling à mes débuts…et je vois encore beaucoup de gens autour de moi faire cela. Si vous agissez dans la panique, quelle que soit la situation, vous commettrez forcément des erreurs. Si vous êtes préparé, que vous savez ce que vous devez faire dans des situations critiques, vous garderez la tête froide et prendrez les bonnes décisions.

Les gros retournements ne se font pas en un jour ou une semaine :

Les dernières grosses crises que nous avons connues (2000 et 2008) ne sont pas survenues en quelques jours. Les retournements long terme qu’ils soient haussiers ou baissiers prennent un certain temps à se mettre en place, même s’il y a des éléments déclencheurs à la base. Dans ce genre de situation, nous avons la possibilité par exemple de sortir du marché. C’était le cas par exemple de fin 2000 à fin 2002.

Durant ces périodes, qui sont plutôt minoritaires en durée (20 % du temps), bon nombre d’entre vous sont tentés de jouer la baisse en investissant par exemple sur des trackers comme le BX4 (qui réplique la baisse de l’indice CAC40 avec un levier 2). Pourquoi pas. Mais il faut savoir que dans les périodes perturbées, les baisses sont souvent violentes et les rebonds techniques haussiers aussi ! Attention donc au retour de manivelle.

Pour avoir testé, l’unité de temps que j’utilise (Mensuel) n’est pas compatible avec ce genre de support. Je préfère donc être en mode passif dans les périodes de baisse et attendre que l’orage passe afin d’éviter les fortes variations propres aux périodes de correction.

Conclusion

Quand on investit sur le long terme sur des unités de temps comme le Mensuel, on ne s’intéresse qu’aux longues périodes haussières et aux longues périodes baissières. Partant de là, les périodes chahutées durant les corrections passagères (qui ne durent que quelques jours ou semaines) ne constituent que des bruits de marché. Il faut l’accepter. Mais si la baisse se confirme dans la durée, nous agirons en conséquence, car être investisseur long terme ne veut pas dire être haussier 100% du temps !

Vous voulez tester la stratégie Mensuelle ? Inscrivez-vous !

A bientôt

Laurent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 − 22 =