Améliorez votre retraite ou générez une rente grâce à votre PEA et la bourse

Si vous cherchez une solution en matière de complément de retraite, de génération de rente, l’investissement dans un PEA peut être une solution. Souplesse, fiscalité avantageuse et possibilité de rendement intéressant. Le PEA peut en effet vous permettre d’améliorer votre retraite ou de dégager une rente à terme. Il y a tout de même des règles à respecter afin de rendre la démarche efficace.

C’est ce que nous allons voir à travers cet article.

Bonne lecture !

La retraite par répartition ou par capitalisation :

L’idée ici n’est pas de juger les systèmes de retraite ou de les opposer mais d’essayer d’apporter des éléments de comparaison et surtout de voir comment ces deux régimes peuvent finalement être complémentaires.

Répartition :

En France, vous le savez notre système de retraite est basé sur le système de répartition. Le principe : les jeunes cotisent pour les moins jeunes afin que ces derniers puissent profiter d’une retraite. Ce système qui est très confortable puisqu’il assure un revenu minimum à condition d’avoir cotisé un certain nombre d’années est en voie de réforme. Dans les faits : La population a tendance à vieillir. Donc d’année en année, la période de cotisation s’allonge et la date de départ à la retraite recule de plus en plus pour tout le monde.

Le problème est que les personnes qui démarrent leur activité tard, après avoir fait des études par exemple se voient pénaliser d’un malus, à moins de continuer à travailler jusqu’à…un âge plus avancé.

Capitalisation :

Le système de retraite par capitalisation était très répandu dans la première partie du XXe siècle. Il a ensuite presque disparu après les guerres et remplacé par le système par répartition. En Suède, en Allemagne, le système de retraite basé sur la capitalisation est de plus en plus présent. En France on parle plutôt de retraite complémentaire.

Aux Etats-Unis, le système est mixte mais la part laissée à la  répartition est faible (social security),  ce qui explique que certains retraités continuent à travailler après 70 voire 80 ans.

Dans tous les cas, qui dit capitalisation dit placement sur des actifs financiers. L’avantage est un rendement potentiel intéressant mais une sensibilité aux aléas des marchés financiers. 

Des régimes complémentaires ?

Quand on est soumis en majorité au régime de capitalisation, difficile de compter également sur le régime de répartition quand votre pays ne le permet pas. Par contre, l’inverse est tout à fait possible. C’est le cas en France par exemple. Rien ne nous empêche de créer notre propre système de retraite complémentaire par capitalisation, sans forcément passer par un plan d’épargne retraite déjà formaté.

Une question de culture :

Les Français sont très attachés aux enveloppes traditionnelles que sont les Livret A, LDD, fonds Euro dans le cadre de l’assurance vie. Ces enveloppes sont il est vrai très sécuritaires car elle ne génèrent que des rendements positifs. Des rendements positifs sur le papier. En réalité, si l’on prend exemple du Livret A, même si l’inflation est faible en ce moment, elle compense tout de même le rendement inférieur à 1 % par an du livret A.

Aversion au risque :

L’aversion au risque pousse les investisseurs à se diriger spontanément vers des actifs peu risqués. Dès que l’on parle de pertes potentielles, même s’il s’agit de pertes provisoires (inévitables en bourse), cela fait réfléchir. Qui peut accepter de voir diminuer de 10 % de son capital pendant quelques mois? Là est toute la question !

C’est donc en partie la raison pour laquelle les enveloppes telles que Livret A, LDD, assurance vie placée en fonds euro sont souvent privilégiées par les Français. L’aversion au risque est un facteur limitant.

Une question d’échéance :

Ces enveloppes, notamment livret A , LDD, même si elles ne délivrent qu’un rendement très faible ont le gros avantage de constituer une réserve de liquidités ou « d’argent frais ». En cas de coup dur, elles permettent d’avoir une somme rapidement disponible. Pour du court terme donc, elles constituent des outils indispensables, en cas de besoin urgent d’argent .

La question est plutôt pour du long terme. Quand on place à long terme, on espère avoir un retour d’investissement suffisant justement pour compenser l’inconvénient lié au fait que cet argent placé, on n’y touchera pas. Dans ces conditions, si un minimum de rendement est recherché, livret A, LDD… ne peuvent pas être considérés comme des outils de placement ayant cette qualité à savoir développer un rendement intéressant à long terme.

Une question d’équilibre :

Au final, on en revient toujours à la question de la diversification en terme de placements qui rejoint aussi la question des priorités. Il faut bien sûr d’abord être capable de subvenir à ses besoins d’argent à court terme, d’où l’intérêt d’ enveloppes telles que le livret A ou autres à alimenter en premier, ou en parallèle, c’est essentiel. Mais quand la question du court terme est réglée, il faut penser au long terme !

Pour du long terme (horizon 15, 20 ans ou plus), d’ autres types de placement, tels que la bourse, l’immobilier, les matières premières, le crowdfunding….etc sont envisageables. La différence est que ces placements comportent des risques. Mais la contrepartie est qu’il délivrent un rendement bien supérieur.

Nous allons voir qu’il n’est pas nécessaire de prendre des risques inconsidérés ou de tout miser sur ce type de placement (nous ne parlerons que de la bourse) pour améliorer de façon assez significative un capital sur du long terme.

Il ne s’agit pas évidemment de tout miser sur la bourse. Mais le simple fait d’injecter un fraction de risque raisonnée dans vos investissements peut changer la donne de manière assez radicale sur le long terme.

Illustration à travers un exemple :

Imaginons le cas d’une personne qui a un salaire de 2000 euros par mois. Sa retraite à taux plein sera d’environ 1500 euros par mois. Comment faire pour générer les 500 euros de baisse de salaire ?

Nous prendrons l’hypothèse d’un placement de 10.000 euros sur 20 ans, avec un versement mensuel de 100 euros par mois. Après les 20 années de capitalisation, la somme est placée sur un support sans risques à 4 % de rendement, pendant 25 ans et génère une rente mensuelle.

Objectif : Améliorer sa retraite en récupérant les 25 % de baisse de revenu, voire plus

Si vous êtes inscrit sur ce blog vous avez du recevoir le petit outil qui vous permet de calculer très facilement tout cela.

Le rendement annuel nécessaire sur votre PEA pour obtenir ces 500 euros de rente ou complément de retraite et récupérer les 25 % de baisse de revenu dans les conditions citées plus haut est de 12 %.

Faisable ? Oui. Contrairement à ce que beaucoup pourraient penser, il est plus facile d’obtenir un gain moyen de 12 % (par exemple) sur du long terme que sur du très court terme ! A condition d’être discipliné et patient bien sur.

Si l’on se base sur la seule année de 2020…année très particulière, il sera certainement difficile d’y parvenir en appliquant la stratégie du blog par exemple, même si l’année n’est pas terminée. Mais c’était le cas l’an dernier (+17%), et c’est également le cas sur la moyenne des 5 dernières années, sur les 10 voire les 25 dernières années.

Rien d’impossible donc.

Que va-t-il se passer à l’avenir sur les marchés boursiers ? Nous n’en savons rien, mais il est difficile d’imaginer que les marchés boursiers arrêtent de générer de la performance dans les années à venir comme ils l’ont fait au cours des 200 dernières années, sauf gros cataclysme. Et si cataclysme il y a, nous aurons tout autre chose à penser qu’à un complément de retraite…

La règle des 4 % :

Vous entendrez souvent parler de cette fameuse règle des 4 %.

4 % correspond au rendement d’un placement sécuritaire. Si vous placez votre capital générateur de rente à ce taux là, vous devrez forcément adapter vos dépenses et votre train de vie afin de ne pas dilapider ce capital trop rapidement. Pour durer vous ne devrez pas dépenser plus de 4% de ce capital chaque année.

L’outil que j’ai mis à la disposition des inscrits permet de simuler cela. De quel capital doit-on disposer pour générer une rente pendant 25 ans en faisant l’hypothèse que ce capital est placé à 4 %. Vous pouvez bien sûr changer ce taux de rendement, mais l’idée est là de sécuriser au maximum, il faut donc rester raisonnable. Vous pouvez également choisir d’amputer ou pas le capital (l’outil le permet également). Si vous décidez de ne pas amputer votre capital, forcément, votre rente mensuelle sera moins élevée.

Pourquoi le PEA ?

Parce que c’est une enveloppe intéressante d’un point de vue fiscal. Pour en savoir plus, je vous invite à lire ceci

Dans cet exemple nous venons de voir qu’il était possible de créer votre propre système de complément de revenus ou de retraite. C’est un exemple parmi d’autres bien sur. Rien ne vous interdit de combiner plusieurs solutions afin de ne pas mettre tous les œufs dans le même panier.

En résumé, les 7 choses à faire :

Si vous souhaitez rentrer dans cette démarche, avec pour objectif de générer une rente ou un complément de revenu ou de retraite, il y a des choses importantes à prendre en compte que l’on pourrait résumer en 7 points :

  • commencez tôt
  • évaluer en amont la somme nécessaire à la rente en question en appliquant la règle des 4 %
  • en fonction de cette somme faites votre plan (somme initiale, versements, stratégie)
  • ne placez en bourse que de l’argent dont vous n’avez pas besoin dans l’immédiat
  • respectez votre tolérance au risque et soyez discipliné
  • laissez faire les choses, soyez patient, très patient
  • ne misez pas tout sur la bourse

Conclusion 

La population vieilli, l’âge de la retraite est de plus en plus avancé. Les conditions dans lesquelles les actifs partent à la retraite sont de plus en plus difficiles. Dans ce contexte, sans forcément être pessimiste, il apparaît normal de se soucier de son avenir. Mais il existe des solutions.

Vous pouvez améliorer votre retraite ou générer une rente grâce à votre PEA et la bourse. 

Générer une rente (pourquoi pas en guise de complément de retraite) grâce à la bourse est tout à fait faisable. Mais il vaut mieux s’y prendre tôt. En étalant le dispositif dans le temps, il n’en sera que plus efficace par la force des intérêts composés et demandera un effort d’épargne moindre à l’investisseur. Le PEA est en ce sens un outil intéressant car sa fiscalité n’ampute pas (tant qu’il n’y a pas de retraits) l’effet des intérêts composés.

Quel que soit le rendement dégagé, il vaut mieux agir que d’attendre et ne rien faire. Qu’il s’agisse de retraite ou de l’avenir de nos enfants, autant y penser dès aujourd’hui. Nous le savons, en matière d’investissements boursiers, le temps est notre allié !

Vous voulez tester la stratégie Mensuelle ? Inscrivez-vous !

A bientôt

Laurent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 ⁄ 8 =